Les vraies couleurs de « Chury », la comète de Rosetta

comète 67P en couleur
Trois images indépendantes ont été réalisées à travers les filtres vert, rouge et bleu de l’instrument OSIRIS de Rosetta, le 6 août 2014, puis fondues en une seule composition mosaïque pour obtenir ce portrait qui se veut le plus proche possible de ce que nos yeux pourraient voir. La sonde spatiale qui venait d’arriver était alors à environ 120 km de la comète. L’image couvre environ 4 x 4 km

Un nouveau portrait réalisé avec l’instrument OSIRIS de Rosetta dépeint la comète Churyumov-Gerasimenko en couleur telle qu’un œil humain pourrait l’apprécier.

Depuis le 6 août 2014 que Rosetta escorte la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko (surnommée « Chury ») entre 100 et 5 km seulement du centre du noyau, nous avons pris l’habitude de faire sa connaissance à travers les images en noir et blanc prises par la caméra de navigation, NavCam, de la sonde spatiale européenne (ESA). Or, aussi surprenant que cela puisse paraître, cet astre riche en glace et en poussières « qui apparait gris (est) en réalité presque aussi noir que du charbon », rappelle Holger Sierks, chercheur principal au MPS de l’Institut Max Planck. En effet, avec un albédo d’environ 5 % et une position, ces derniers mois, aux portes du Système solaire interne, au-delà de l’orbite de Mars — actuellement à 411 millions de km du Soleil (2,7 UA), le corps glacé reçoit beaucoup moins de lumière que la Terre —, aussi faut-il allongé les temps d’expositions et traitées les images de façon à mettre en relief sa surface dans toutes les nuances de gris. Les régions en blanc sont en réalité les plus claires de cette « boule de neige sale ».

À présent, un nouveau portrait nous propose de découvrir 67P/C-G sous un autre jour, habillée cette fois de ses véritables couleurs, telle que nous nous pourrions la voir de nos propres yeux si nous avions la chance d’être sur place… Et bien, elle nous apparaitrait grise mâtinée de subtiles touches de vert… Plus sombre aussi.

Cette image mosaïque récemment rendue public réunit trois clichés réalisés à travers les filtres rouge (744 nm de longueur d’onde), vert (536 nm) et bleu (481 nm) d’OSIRIS (Optical, Spectroscopic and Infrared Remote Imaging System), une suite d’instruments d’une résolution supérieure à la Navcam équipée de 25 filtres, dont les productions sont malheureusement assez peu divulguées.

Sur le blog officiel de la mission, les chercheurs expliquent qu’une longue période fut nécessaire pour traiter les données et gommer les « coutures » qui joignent chaque photo de cette composition. Capturées avec la caméra NAC (Narrow Angle Camera) le jour d’arrivée de Rosetta à environ 120 km de distance, il faut en effet tenir compte de la rotation de la comète laquelle modifie progressivement l’éclairage et décale chaque vue l’une par rapport à l’autre.

Au cours de l’analyse des images, les scientifiques ont dit leur surprise de découvrir un astre si homogène dans sa coloration et cela même à petite échelle, indiquant peu ou pas de variations de sa composition à sa surface. Les clichés de la comète pris avec le filtre bleu révèlent d’ailleurs que très peu de glace affleure (celle-ci devrait apparaitre plus brillante dans cette longueur d’onde), ce qui se traduit par une abondance de poussières qui la teinte de gris, conformément à ce qui avait été observé avec d’autres instruments. Reste à l’équipe d’OSIRIS de caractériser ces matériaux.

Téléchargez ici l’image en haute résolution.

Crédit photo : ESA, Rosetta, MPS, UPD, LAM, AAI, SSO, INTA, UPM, DASP, IDA.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2014 Xavier Demeersman
Tags from the story
, , ,
More from X. Demeersman

L’éclipse du 22 juillet photographiée depuis l’espace par le satellite MTSAT

Le satellite japonais géostationnaire MTSAT a photographié la Terre le matin du...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *