Formation d’un trou dans la couche d’ozone au-dessus de l’Arctique

Arctic Ozone Hole 2011
Trou dans la couche d'ozone au-dessus de l'Arctique, grand comme 5 fois l'Allemagne

Une équipe internationale de scientifiques a observé l’apparition d’un trou exceptionnel dans la couche d’ozone au-dessus de l’Arctique, corrélé à une période de froid intense anormalement longue.

Au moment où l’on apprend que la surface de glace qui recouvre l’océan arctique est à son minimum et que, d’ailleurs, elle se rapproche du record de 2007, conséquence éloquente du changement climatique, des scientifiques nous apprennent qu’à présent, un grand trou s’est formé dans la couche d’ozone de cette région jusqu’ici peu touchée. Cela peut sembler paradoxal mais ce phénomène inquiétant trouve une explication dans une augmentation des périodes très froides dans la stratosphère … !

Dans les années 1980, on se souvient tous que, grâce à une forte mobilisation internationale, la production de chlorofluorocarbones (plus connus sous leur sigle CFC) était arrêtée, prenant conscience du danger que constituait la disparition de l’ozone pour toutes formes de vie sur Terre. La découverte d’un vaste trou au-dessus de l’Arctique formé durant l’hiver dernier fait resurgir l’inquiétude.

Indispensable, l’ozone nous protège des rayonnements ultraviolets émis par notre Soleil. Il se répartit dans les hautes couches de l’atmosphère, entre 15 et 35 km d’altitude. Lors des froids importants qui règnent l’hiver dans les régions polaires, le chlore émis par les activités humaines se modifie pour former de l’oxyde de chlore qui altère l’ozone. Une réaction qui, cette année, fit des dégâts exceptionnels. D’après les observations, la période froide fut plus longue de 30 jours que les autres années. Ce qui peut apparaître comme un paradoxe dans une région qui souffre du réchauffement climatique. En réalité, ce n’est pas contradictoire car les gaz à effets de serre (CO2, méthane, vapeur d’eau) piègent l’air chaud dans les basses couches et provoquent un refroidissement dans les « étages » supérieurs de l’atmosphère. Cela étant, les scientifiques accentuent leurs recherches pour déterminer les causes de cette anomalie des températures qui a provoquée la réduction de l’ozone dans la stratosphère.

Jusqu’à présent les chercheurs observaient une grande trouée dans la couche d’ozone au-dessus du continent Antarctique, habituellement beaucoup plus froid (dans la haute atmosphère) que l’Arctique, situé aux antipodes. Mais les mesures effectuées au cours de l’hiver 2010-2011 et le printemps suivant au moyen de ballons stratosphériques et des satellites Aura et CALIPSO révèlent une destruction de l’ozone sans précédent. Evoquant auparavant des taches éparses, il est question à présent d’un trou mesurant cinq fois la taille de l’Allemagne qui s’est déplacé au-dessus de la Sibérie, la Mongolie, l’Europe du nord et de l’est.

Source : JPL/NASA.

Crédit photo : NASA/JPL-Caltech.

Tags from the story
, , ,
More from X. Demeersman

En vidéo, l’immense beauté du ciel étoilé de Namibie

Un groupe d’astronomes amateurs espionne le ciel de Namibie durant 10 nuits....
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.