Superbe portrait des Pléiades

Pléiades
Les Pléiades photographiées par David De Martin (cliquez pour agrandir)

Le célèbre amas ouvert les Pléiades (Messier 45) photographié par David De Martin. Profusion d’images du cosmos à découvrir sur son site Skyfactory.

Au gré d’une exploration du web en quête de savoureux clichés d’amas ouvert, j’ai découvert et re-découvert les superbes – et proprement sidérantes – photographies réalisées par David De Martin.
Si vous ne les connaissez pas encore, je vous invite à plonger rapidement dans les galeries de son site « Skyfactory ». L’américain est probablement un des astronomes-photographes les plus remarquable de sa génération. Son talent lui vaut, par ailleurs, les honneurs des plus prestigieux télescopes du monde comme le télescope spatial Hubble pour lequel David De Martin co-signe le magnifique catalogue « Cosmics Collisions » qui regroupe des centaines de clichés de galaxies en collisions.

L’image ci-dessus nous emmène littéralement au cœur de l’un des amas ouverts les plus célèbres : les Pléiades. Plusieurs centaines d’étoiles âgées de moins de 100 millions d’années sont visibles encore blotties dans ce qui pourrait être comparé à un berceau … Loin d’être d’innocents et fragiles petits astres de lumières, les fringants « bébés-étoiles » tourmentent leur environnement très riche en poussières en expulsant des vents très violents. La nébuleuse primitive garde de beaux restes et offre un habitat douillet à cette petite famille située à 425 années-lumière de nous.

Constellation d'Orion et du Taureau
Constellation d'Orion et du Taureau

Dans l’Antiquité, les anciens grecs nommaient cette grappe d’étoiles, « les sept sœurs ou les sept filles du géant Atlas ». Les étoiles les plus brillantes, que l’on peut différencier à l’œil nu, portent les noms des nymphes de la mythologie : Taygete, Celaeno, Maia, Asterope, Electre, Merope et Alcyone sans oublier leur mère, Pleione et leur père, Atlas.
Au cœur de l’hiver, on peut voir l’amas briller dans toute sa splendeur, dés la tombée de la nuit. On perçoit les étoiles agglutinées sur l’épaule du Taureau (Taurus). Les Babyloniens, qui ont imaginé la constellation du Zodiaque, l’amas représentait une mouche.

Crédit photo : Caltech, Palomar Observatory, Digitized Sky Survey.

Tags from the story
, , ,
More from X. Demeersman

Nouveau record dans les fontes des glaces estivales au pôle nord

Le mois de septembre marque l’apogée au pôle nord dans la fonte...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *