Quelles sont les étoiles les plus proches de notre Système solaire ?

Il y a peut-être une ou plusieurs planètes autour d’Alpha Centauri B, à 4,3 années-lumière du Soleil. Sur cette vue d’artiste, on peut la voir représenter ainsi qu’Alpha Centauri A, autre étoile majeure du système triple. La petite naine rouge Proxima Centauri, l’étoile la plus proche de nous, n’apparait pas. Comme on peut le voir, le Soleil (Sun) est une des étoiles les plus brillantes vues de là-bas. Peut-être, obtiendrons-nous de véritables images de ce système avant 2100 grâce au projet Breakthrough Starshot — Crédit : ESO, L. Calçada, Nick Risinger

Petite présentation des 10 étoiles les plus proches du Soleil. Leur proximité ne signifie pas qu’elle soit plus brillante. Beaucoup en effet sont des naines rouges, impossibles à distinguer à l’œil nu.

On ne s’en rend pas toujours bien compte au quotidien, mais toutes les étoiles de la Galaxie (et avec elles, leurs planètes) sont en mouvement. Notre Système solaire ne fait pas exception, bien sûr… Aussi depuis sa naissance, il y a près de 4,6 milliards d’années, notre Soleil a-t-il accompli plus de 18 tours de la Voie lactée.

Autrement dit, les étoiles qui peuplent actuellement notre ciel terrestre ne sont pas les mêmes qu’il y a 2 ou 3 milliards d’années. Petit à petit, de nouvelles voisines s’installent dans notre paysage céleste. Certaines étant plus visibles que d’autres.

La plus proche est invisible

Depuis environ 32.000 ans, c’est Proxima du Centaure qui est l’étoile la plus proche de la nôtre. Située à environ 4,24 années-lumière de nous, soit quelque 270.000 fois la distance moyenne entre la Terre et le Soleil, elle fut découverte seulement en 1915. En effet, de type naine rouge, elle est parfaitement invisible à l’œil nu (une étoile proche n’est pas nécessairement la plus visible).

Dans 26.700 ans, elle sera encore plus près : 3,11 années-lumière. Elle côtoie Alpha Centauri A et B avec lesquelles elle forme vraisemblablement un trio dans notre voisinage. Plus grosses et plus chaudes, ces deux dernières, distantes de 4,3 années-lumière, sont quant à elles bien visibles dans le ciel austral, au sein de la constellation du Centaure.

Si le projet Breakthrough Starshot présenté en avril 2016 par Youri Milner et Stephen Hawking abouti avant la fin du XXIe siècle, une microsonde voyageant à 20 % de la vitesse de la lumière pourrait rejoindre ce système en seulement 20 ans, comme cela est envisagé ! Pour l’heure, un vaisseau aussi rapide que Voyager 1 (plus de 60.000 km/s) pourrait atteindre Proxima… en 73.000 ans !

Mouvement des étoiles voisines depuis 20.000 ans et jusque dans 80.000 ans — Crédit : FrancescoA, Wikimedia Commons, CC BY-SA 3.0
Mouvement des étoiles voisines depuis 20.000 ans et jusque dans 80.000 ans — Crédit : FrancescoA, Wikimedia Commons, CC BY-SA 3.0

Beaucoup de voisines discrètes

Dans quelque 33.000 ans, Ross 248, une autre naine rouge, deviendra l’étoile la plus proche du Soleil et 3.000 ans plus tard, elle ne sera qu’à 3 années-lumière. Présente dans la constellation d’Andromède, elle est actuellement à 10,33 années-lumière, occupant la neuvième place du classement des étoiles les plus proches. À noter que dans 40.000 ans, la sonde Voyager 2 ne passera qu’à 1,76 année-lumière de cette petite étoile.

Portant le nom de son découvreur, l’étoile de Barnard située à environ 5,96 années-lumière dans la constellation du Serpentaire (Ophiuchus) est connue pour être l’étoile au mouvement propre le plus important connu. Invisible à l’œil nu, son déplacement par rapport aux autres étoiles à l’arrière-plan est significatif comme le montrent les observations ces dernières décennies (animation ci-dessus).

Animation créée à partir des images de l’observatoire de Frog Rock de l’étoile de Barnard entre 1985 et 2005. Elle se déplace si vite par rapport au Soleil (143 km/s) qu’en l’an 11800, elle ne sera qu’à 3,75 années-lumière de la Terre — Crédit : Frog Rock Observatory
Animation créée à partir des images de l’observatoire de Frog Rock de l’étoile de Barnard entre 1985 et 2005. Elle se déplace si vite par rapport au Soleil (143 km/s) qu’en l’an 11800, elle ne sera qu’à 3,75 années-lumière de la Terre — Crédit : Frog Rock Observatory

Aussi discrète que la précédente, Wolf 359, située à 7,79 années-lumière dans la constellation du Lion, est la quatrième étoile plus proche de notre système planétaire.

En cinquième position, à 8,3 années-lumière en direction de la Grande Ourse, Lalande 21185, découverte en 1801, est une étoile triple impossible à voir à l’œil nu.

En revanche, celle qui occupe la sixième place, distante de quelque 8,6 années-lumière dans le Grand Chien, ne passe pas inaperçue, elle est même l’étoile la plus brillante visible depuis la Terre : il s’agit bien sûr de Sirius (une étoile double).

La septième place revient au couple Luyten 726-8 A et B, 8,73 années-lumière, deux naines rouges de la constellation de la Baleine. Une fois de plus, elles sont trop pâles pour être vues à l’œil nu.

A la septième place, une naine rouge de plus – elles sont bien plus nombreuses que les étoiles comme le Soleil ou celles qui sont encore plus massives -, Ross 154 à 9,7 années-lumière dans le Sagittaire.

La neuvième est, comme on l’a vu plus haut, Ross 248.

La dixième place du classement est actuellement occupée par Epsilon Eridiani baptisée Ran par l’AUI. 10,5 années-lumière seulement nous séparent de cette étoile visible à l’œil nu qui ressemble un peu au Soleil et de son exoplanète AEgir.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2016 Xavier Demeersman
More from X. Demeersman

Déconstructivisme électronique pour le nouvel album de Squarepusher

Avec “Hello Everything”, Thomas Jenkinson aka Squarepusher nous livre son dixième album...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *