Les « Perséides », plus abondante pluie d’étoiles filantes de l’année

Comme chaque année, préparez-vous à observer la salve d’étoiles filantes des “Perséides” dans la nuit du 12 au 13 août.

Depuis le 21 juillet et comme chaque année, l’essaim météoritiques dit des “Perséides” son nom vient de la position de son radiant au sein de la constellation de Persée – projette ça et là, à très grande vitesse, quelques météorites dans notre atmosphère. Un phénomène récurrent qui ne manque pas de surprendre – et émerveiller – les observateurs inopinés à travers le monde. Le moment est bien choisi alors pour faire un voeu …

Comme de coutume, la plus célèbre des pluies d’étoiles filantes atteint son apogée dans la nuit du 12 au 13 août (entre 20h et 23h d’après les dernières estimations). Son activité est alors décuplée, offrant aux curieux étendus sur le sol jusqu’à (ou plus de) 100 météores par heure ! Voilà qui tombe bien car la plupart d’entre nous sommes en vacances ou sinon plus disponible pour tourner notre regard vers le ciel, au mieux à l’abri de toute pollution lumineuse (“trop de lumière nuit”), et profiter de la douceur de la nuit d’été …

delphinids_lcBeletsky

D’après les recherches menées depuis 2008 par le spécialiste de ces événements Bill Cooke (“Meteroid Environment Office” à la NASA), l’essaim de météorites des “Perséides” est de loin le plus actif de l’année. Grâce à un réseau important (dans le sud des Etats-Unis) de caméras grand angle chargées d’enregistrer toutes les entrées dans l’atmosphère de ces petits corps célestes, le chercheur a relevé que 568 des “boules de feu” (fireball) observées sont associées aux “Perséides”. En second (voir graphique ci-dessous), vient l’essaim météoritique méconnu des “Géminides” (radiant dans les Gémeaux) avec 426 météores détectés. Son activité culmine autour des 12 et 13 décembre de chaque année.

Jeff-Berkes-JJB_7645_Pereid-2012

Avec une magnitude moyenne de – 2.7 (aussi lumineux que la séduisante Vénus), les “Perséides” sont régulièrement les “bolides” les plus étincelants de l’année. Pénétrant dans l’atmosphère à une vitesse moyenne de 210 000 km/h., tout ces petits morceaux de roches (la plupart ont la taille d’un grain de riz) proviennent du noyau de la comète Swift-Tuttle (26 km de diamètre, l’un des plus gros !), laquelle repasse dans les parages du Soleil tous les 133 ans, prenant soin au passage d’essaimer des milliards de petits grains qui viendront un jour s’échouer dans l’atmosphère terrestre. Les veines de particules sont nombreuses et les pics d’activités surviennent toujours quand notre planète croise sur son orbite les parties les plus denses de ces courants.

meteor shower diagram
Graphique réalisé à partir des données collectées par les caméras de MEO (NASA) depuis 2008

Crédit photo : MEO/NASA.

More from X. Demeersman

Eruption solaire torsadée

Filaments de plasma s’élançant avec vigueur au-dessus de la chromosphère solaire, le...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *