Mars pourrait avoir des anneaux dans 20 à 40 millions d’années

mars anneaux
Mars pourrait s’entourer d’anneaux après avoir mis en pièce Phobos dans 20 à 40 millions d’années -- Crédit photo : Tushar Mittal, Celestia 2001-2010, Celestia Development Team

C’est inexorable : étreint par les forces de marées de Mars, la lune Phobos finira en morceaux. Une étude estime que les débris pourraient former des anneaux durant 1 à 100 millions d’années, ce qui promet un spectacle grandiose, mais pas avant 20 à 40 millions d’années !

Dans notre Système solaire, toutes les planètes géantes ont des anneaux. Autour de Jupiter et Neptune, ils sont plutôt sombres et peu denses, au contraire du cas célèbre de Saturne où ils sont très nombreux, denses et davantage réfléchissants, car riches en glace, bien qu’extrêmement fins (1,4 km maximum) et très étendus. Pour ce qui des quatre planètes rocheuses, aucune n’en possède. Du moins, pour l’instant…

En effet, comme le suggère une étude qui vient de paraître dans Nature Geoscience, Mars qui, comme on l’a vu récemment, va se débarrasser lentement mais surement de son satellite Phobos (la peur, en grec), pourrait très bien s’entourer d’anneaux créés à partir des débris. D’ailleurs, ce ne serait peut-être pas la première fois. Certains planétologues estiment en effet que voici 4,5 milliards d’années, quelques planètes (20 à 30 %) possédaient beaucoup plus de lunes mais elles furent mises en pièce et assimilées au reste du corps planétaire.

Évidemment, ce sera un spectacle magnifique pour toutes celles et ceux qui braqueront alors leurs télescopes sur notre voisine. En plus d’une Planète rouge plus brillante (selon la densité des anneaux) dans le ciel terrestre, nous pourrons admirer l’ombre de ses anneaux projetée sur sa surface. Un véritable pare-soleil pour les éventuels colons qui seraient présents sur place si, toutefois, cette question sera encore d’actualité car le phénomène est prévu de se produire dans 20 à 40 millions d’années… Il faudra patienter un peu. Le spectacle devrait durer ensuite entre 1 et 100 millions d’années, selon les scénarios.

Phobos et le cratère Stickney
Le cratère Stickney, large de 10 km. Si Phobos n’était pas aussi poreux, l’impact aurait pu briser ce petit satellite naturel de Mars — Crédit photo : NASA

Le petit Phobos (27 x 22 x 18 km) est le seul satellite naturel avec Triton autour de Neptune, à se rapprocher doucement – de quelques centimètres par an – de la planète autour de laquelle il gravite. Étreint inexorablement par les forces de marées de Mars, ce corps fragile et poreux vraisemblablement pétris de matériaux grossiers faiblement liés est voué à se briser en morceaux qui s’abattront ensuite à la surface de la planète. Les fissures visibles à sa surface témoignent du processus irrésistible en cours.

Pour les deux jeunes chercheurs de l’université de Berkeley qui se sont intéressés au destin inhabituel de cette lune minuscule, il se pourrait que les débris continuent de graviter plusieurs dizaines de millions d’années après que les plus gros soient tomber en spirale sur la surface sur un angle rasant de sorte que les cratères formés soient ovoïdes plutôt que circulaires (cela est déjà observé, ce qui suggère qu’un phénomène semblable se serait déjà produit). À terme, les morceaux s’abattront progressivement en pluie sur le sol martien à travers ce qui reste d’atmosphère, un peu comme une tempête d’étoiles filantes.

En adaptant les connaissances et techniques élaborées pour mieux comprendre la structure des anneaux de Saturne à leurs modèles qui intègrent les données sur la composition de Phobos et les effets des impacts qu’il a subi dans le passé comme le très impressionnant cratère Stickney (10 km de diamètre, un sixième de sa circonférence), Benjamin Black et Tushar Mittal ont obtenu deux scénarios probables.

« Si la lune se brise à 1,2 rayon martien, environ 680 km au-dessus de la surface, il formera un véritable anneau étroit d’une densité comparable à celle de l’un des anneaux les plus massifs de Saturne » explique l’un des auteurs dans le communiqué de l’université de Berkeley. Avec le temps, les anneaux pourraient s’étaler jusqu’au sommet de l’atmosphère de Mars et s’abattre peu à peu sur le sol.

Dans l’hypothèse où Phobos se déchire à une distance plus élevée (il est actuellement à 6.000 km au-dessus du sol martien), l’anneau serait plus diffus mais pourrait persister une centaine de millions d’années.

Plus petit et plus éloigné, Deimos (la terreur) ne connaitra pas quant à lui le même sort.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2015 Xavier Demeersman
Tags from the story
, ,
More from X. Demeersman

En vidéo, le Soleil en 3D

Chaussez vos lunettes 3D pour découvrir le Soleil avec plus de profondeur...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *