Immense archipel de taches sombres à la surface du Soleil

Déferlante de protons sur les caméras de SoHO
Déferlante de protons sur les caméras de SoHO

L’une des plus grosses taches sombres de l’actuel cycle d’activité du Soleil est visible depuis les premiers jours de 2014. Vaste de 200.000 kilomètres, elle a été le théâtre d’une violente éruption le 7 janvier.

Notre étoile inaugure la nouvelle année 2014 en arborant un énorme groupe de taches sombres. Une région active désignée AR 1944 qui s’étend sur plus de 200.000 kilomètres à la surface du Soleil.

Apparue sur le limbe solaire le 3 janvier, l’archipel n’a cessé de sa développer au fur et à mesure de la rotation de l’astre du jour. Actuellement, la tache la plus grande pourrait contenir 3 fois la Terre ! De l’avis des spécialistes, c’est l’une des plus grandes taches solaires de ce 24 eme cycle d’activité (depuis les premières observations en 1761). Rappelons que tous les 11 ans en moyenne, le Soleil est animé d’une hausse croissante d’activité en relation avec l’inversion de son champ magnétique. Celle-ci n’a pas encore eu lieu, mais tout indique que c’est imminent.

Karzaman-Ahmad-SUNSPOT1944_20140107

Le 7 janvier à 18 h 32 TU (soit 19 h 32 en France métropolitaine), l’immense région active fut le théâtre d’une puissante éruption classée X1 (la plus élevée) par les physiciens solaires. Dans la foulée, une éjection de masse coronale fut observée. Dans l’espace, SoHO essuya d’ailleurs une tempête de protons qui, comme on peut le voir sur les images du coronographe Lasco C3 du satellite, n’as pas manqué de brouiller sa vision.

Au centre de la face du Soleil orientée vers notre planète, une partie du flux en route depuis plus de 24 heures a atteint le champ magnétique terrestre ce jeudi 9 janvier vers 20 h TU. Plus faibles que prévu, les aurores polaires pourraient toutefois s’intensifier dans les prochaines heures au profit des observateurs situés dans le cercle arctique. Nombre d’astrophotographes ont d’ores et déjà immortalisé celles qui ont dansé au cœur de ces longues nuits d’hiver.

Siège d’une activité intense, la région n’a pas manifesté d’éruptions importantes depuis plus de 48 heures. Pour certains, c’est « le calme avant la tempête », car, les chances, à présent, que se produise un nouvel événement de classe X (classe C, M et X) s’élève à 35 % ! Pour une éruption plus modérée, classée M, la probabilité atteint 75 %.

Crédit photo : NASA/ESA/SoHO.

Article également publié sur Futura-Sciences.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2014 Xavier Demeersman
More from X. Demeersman

Mars : Curiosity explore des dunes de sable pétrifiées

Après avoir exploré durant un an la première couche sédimentaire à la...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *