Hubble signe un magnifique portrait d’une galaxie naine irrégulière voisine

Galaxie naine irrégulière
La galaxie naine irrégulière UGC 9128 peuplée d'environ 100 millions d'étoiles dont de nombreuses qui sont massives et très lumineuses (cliquez pour agrandir)

Le télescope Hubble photographie une une frêle galaxie à l’antique passé faste.

De prime abord, l’objet UGC 9128 photographié par le télescope spatial Hubble, apparaît comme une légère pincée d’étoiles égarée dans l’immensité du cosmos. Peut-être est-ce un bébé-galaxie flottant au milieu de l’océan intergalactique ? Son histoire, en réalité, est déjà très longue, mouvementée et fascinante.

Gracieuse pluie d’étoiles, UGC 9128 est une galaxie naine irrégulière, genre encore peu connu. Eloignée de 8 millions d’années-lumière de nous, elle appartient au groupe local de galaxies qui compte une trentaine de membres dont les plus importants en terme de masse et de dimensions sont la Voie Lactéeet la galaxie d’Andromède (M31).
Alors que notre galaxie spirale a une population stellaire estimée à 100 milliards d’étoiles, UGC 9128 est beaucoup plus maigre avec environ 100 millions d’étoiles en son sein. Des chercheurs pensent qu’elle fut beaucoup plus massive dans un passé lointain mais la Voie Lactée l’aurait conviée à un bal chaotique où la force gravitationnel eut raison d’elle. Après l’avoir copieusement dépecée et pillée, réduite comme une peau de chagrinUGC 9128continue d’errer dans le cosmos, « prisonnière » du groupe local. Plutôt discrète dans les confins de la constellation du Bouvier (Boots) – elle fut découverte tardivement, au cours du XX éme siècle -, elle possède de nombreuses étoiles massives dont l’existence fut favorisée par l’union tourmentée avec notre galaxie.
Des recherches récentes sur l’origine des galaxies suggèrent qu’elles ont pu naître des multiples et fructueuses rencontres entre galaxies naines irrégulières dans le jeune Univers en plein expansion.
Rappelons que les galaxies ne sont pas que de simples communauté d’étoiles, elles sont également constituées de gaz, de poussières interstellaires et de quantité importantes de matière noire que nul n’a encore jamais observé.

Sur l’image ci-dessus, outre cette merveilleuse et fragile galaxie errant dans l’univers dit local, on peut également en distinguer des dizaines d’autres, éparpillées à l’arrière-plan. Leurs distances varient de quelques millions à plusieurs centaines de millions d’années-lumière ! Une perspective, certes, encombrée de galaxies – elles-mêmes peuplée de dizaines, de centaines de milliards d’étoiles – que nous ne soupçonnons même pas depuis le sol de notre petite planète bleue, son horizon embué par l’atmosphère et notre vision restreinte.

Télécharger l’image en haute résolution (9 Mb).
Version « zoomable » de la galaxie.

Source : Hubble.

Crédit photo : NASA/ESA/Hubble.


Tags from the story
, , ,
More from X. Demeersman

New Horizons a pris les photos les plus éloignées de la Terre

Depuis son survol de Pluton en juillet 2015, New Horizons continue de...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *