Hubble : nouveau portrait de Jupiter

Jupiter Hubble
Jupiter le 3 avril 2017. La résolution d’Hubble offre des détails de son atmosphère atteignant 130 km. La planète géante était à moins de 670 millions de km de la Terre, à quelques jours de son opposition — Crédit : NASA, ESA, A. Simon (GSFC)

Comme chaque année, Hubble a tiré le portrait de Jupiter. Le 7 avril, la planète était en opposition, alignée avec la Terre et le Soleil. 668 millions de km seulement nous séparaient alors de la géante gazeuse. La période est très favorable à son observation.

Impossible de la manquer dans le ciel nocturne ces jours-ci, Jupiter est ce qui brille le plus après la Lune. D’ailleurs, le soir du 10 avril, les deux astres s’affichaient ensemble au sein de la constellation de la Vierge, quasiment du coucher au lever du soleil.

La période est très favorable pour l’observer (cela peut se faire même depuis une grande ville). En effet, le 7 avril dernier, la plus grosse planète de notre Système solaire était en opposition. Autrement dit, elle était alignée avec la Terre et le Soleil. La distance entre nos deux planètes était alors minimum : 668 millions de km, soit 4,4 fois la distance entre la Terre et le Soleil). C’est donc le bon moment, qui plus est par une douce soirée de printemps, pour braquer votre lunette ou télescope sur ce point très brillant, guetter l’apparition de la Grande tache rouge, étudier ses bandes parallèles caractéristiques et, bien sûr, suivre la ronde de ses quatre plus grands satellites (une paire de jumelles suffit pour les voir), Io, Europe, Ganymède et Callisto.

La Grande tache rouge continue de rétrécir

Les équipes d’Hubble ont profité de l’occasion pour tirer une nouvelle fois le portrait de la géante gazeuse. Le 3 avril dernier, ils ont ainsi réalisé un cliché en haute résolution avec la caméra WFC3 (Wide Field Camera 3). Un de plus qui s’ajoute à leur collection qui depuis plusieurs années maintenant leur permet de suivre les changements dans l’épaisse atmosphère de la planète.

Grâce à la vue pénétrante du télescope spatial dans le visible, l’ultraviolet et l’infrarouge, on peut discerner sur l’image ci-dessus, les différents nuages qui habillent sa haute atmosphère. Ils se distinguent surtout par leur densité en ammoniac : les plus claires sont plus denses que les plus sombres. Ce sont des vents soufflant jusqu’à 650 km/h qui les séparent.

Et la Grande tache rouge alors ? Comment va-t-elle depuis l’année dernière ? Est-ce qu’elle a repris un peu d’embonpoint ou continue-t-elle de maigrir ? Ce nouveau portrait montre qu’elle a toujours tendance à rétrécir… Certes, elle pourrait encore englober la Terre tout entière, mais cela n’a plus rien à voir avec sa grandeur passée. Pour le moment, les scientifiques ignorent encore pourquoi elle est en train de diminuer et même si cela va continuer longtemps, se stabiliser ou s’inverser ?

La Grande tache rouge disparaîtra-t-elle un jour ? Sera-t-elle remplacée par la Tache rouge junior (visible à plus haute latitude) ? Beaucoup de questions restent encore sans réponse au sujet de Jupiter, première planète à s’être formée autour du Soleil.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2017 Xavier Demeersman
Tags from the story
, , , ,
More from X. Demeersman

Paysage martien arctique

[youtube width= »350″ height= »292″]http://fr.youtube.com/watch?v=_UsEBMryaMk[/youtube] Vidéo du robot Phoenix Mars Lander du paysage arctique...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *