Portrait de N 11, nid d’étoiles dans la galaxie naine du grand Nuage de Magellan

Nearly 200 000 light-years from Earth, the Large Magellanic Cloud, a satellite galaxy of the Milky Way, floats in space, in a long and slow dance around our galaxy. As the Milky Way’s gravity gently tugs on its neighbour’s gas clouds, they collapse to form new stars. In turn, these light up the gas clouds in a kaleidoscope of colours, visible in this image from the NASA/ESA Hubble Space Telescope.

Le nuage moléculaire N 11 photographié par Hubble et révélé par le professeur Josh Lake

Gros plan sur une partie de la nébuleuse N 11 située en bordure de la galaxie naine du Grand Nuage de Magellan.

Publiée dans le cadre du programme “Les Trésors Cachés de Hubble”, cette image capturée par le célèbre télescope spatial fut extraite des archives puis retravaillée par le professeur d’astronomie Josh Lake lequel a remporté le premier prix du concours. Elle nous emmène hors de la Voie Lactée, au bord de la galaxie naine — et voisine — du Grand Nuage de Magellan (LMC) distante de plus 180 000 années-lumière, pour découvrir l’une de ses nébuleuses procréatrices d’étoiles. Son nom exact est LHA 120-N 11 (ou N 11 pour faire court). Le nuage moléculaire vêtu de rose, accueille dans son âtre, deux grappes de flamboyantes étoiles bleues qu’il est difficile d’ignorer. Ce sont les amas ouverts NGC 1769 et NGC 1763, peuplé d’étoiles nées, il y a plusieurs millions d’années, de l’effondrement de poches de gaz denses et fécondes.

LMC map

Vue de face (depuis la Voie Lactée), la galaxie naine du Grand Nuage de Magellan et ses principaux objets célestes – la nébuleuse N11 est l’une des plus brillantes de cette galaxie voisine

On distingue à l’arrière-plan une riche palette de tons révélés par le pinceau de la lumière ultraviolette des plus ardentes progénitures (stellaires). Parmi ces nombreux éléments, l’hydrogène, comme toujours, est le plus abondant. S’y mêlent des cataractes de poussières sombres remplies d’éléments plus lourds et complexes (oxygène, carbone, magnésium, lithium, fer, …) produits par plusieurs générations d’étoiles massives. Matière première pour la création d’astéroïdes, comètes et planètes dans le cocon d’une étoile … L’explosion, dans le passé, des étoiles les plus grosses et chaudes a “projetée” ces atomes sur les parois de la nébuleuse qui sont déformées et creusées par les ondes de choc des supernovae. Des étoiles impatientes qui bousculent les contours de leurs nids, cuisent dans leurs crachats de feu les éléments divers qui deviendront les berceaux de petits mondes (susceptibles d’être habités).

Afficher et/ou télécharger le portrait d’une partie de N 11 en haute résolution (1,7 Mb).

Crédit photo : ESA/NASA/Hubble et Josh Lake.

More from X. Demeersman

Retour de la bande équatoriale sud de Jupiter

Après une "éclipse" de plusieurs mois, la bande équatoriale sud de Jupiter...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *