Hubble : le « réveil de la force » d’une étoile

Hubble dévoile dans l’infrarouge de magnifiques jets expulsés d’une jeune étoile qui s’éveille. Un tableau qui évoque les sabres laser de l’épopée Star Wars. La NASA et l’ESA ont justement intitulé la scène : « le réveil de la force d’une étoile ».

En écho à Star Wars Épisode VII qui vient de sortir sur tous les écrans de notre Planète (et de la Voie lactée), la NASA et l’ESA ont titré leur présentation de cette image du télescope spatial Hubble d’un astre en train de naître : « le réveil de la force d’une étoile ». Ce qui est vrai. Mais ce qui saute aux yeux avant tout c’est le double jet qui transperce le placenta du nouveau-né, lequel bien sûr évoque un double sabre laser, et même en particulier celui de Darth Maul dans l’épisode I de la saga.

Ici, l’action se passe au sein de notre Galaxie, dans un recoin du nuage moléculaire d’Orion (Orion B molecular cloud ou OMC), immense toile de gaz et de poussière étendue à quelque 1 350 années-lumière de la Terre, et qui occupe dans le ciel, une surface équivalente à celle de la constellation qui lui a donné son nom, le chasseur Orion. Ce dernier marche fièrement dans le ciel d’hiver en direction du sud en première partie de nuit. On le reconnait aisément à la triade d’étoiles alignées qui compose sa ceinture et aussi au poignard ou l’épée qui est accrochée. La pâle lueur que reflète sa lame est bien connue de tous les astronomes, c’est la fameuse nébuleuse d’Orion, Messier 42 (M42). C’est une des parties les plus lumineuses du grand complexe lequel, en réalité, couve de nombreux cocons d’étoiles dans toute cette région de notre voisinage…

jets herbig-haro
Ce double sabre laser est un objet Herbig-Haro, deux puissants jets expulsés d’une très jeune étoile, qui entrent en collision avec la matière interstellaire. Téléchargez ici l’image en haute résolution (1 Mb) — Crédit : NASA, ESA

La région sombre explorée dans l’infrarouge par la vue pénétrante d’Hubble, depuis la banlieue terrestre, se situe sur le torse du personnage mythique, entre sa ceinture et son épaule gauche marquée par la rouge Bételgeuse.

Animé d’un grand appétit, l’embryon stellaire tapi dans les ténèbres se repaît du gaz et de la poussière qui l’entoure. La matière qui s’enroule et tombe provoque un réveil en sursaut, un premier cri qui jaillit sous la forme de deux faisceaux opposés et perpendiculaires au disque d’accrétion où un peu plus tard (quelques millions d’années), des planètes vont émerger.

Un phénomène désigné objets Herbig-Haro (HH), en l’occurrence pour celui-ci, HH 24. Propulsés à des vitesses supersoniques, les jets bousculent, percutent et chauffent le gaz du milieu environnant à plusieurs milliers de degrés. On observe alors des grumeaux et les ondes de choc caractéristiques.

On distingue très nettement HH 24 dans ce paysage dépeint dans l’infrarouge. Mais à bien y regarder, il y en a d’autres qui se cachent dans ce milieu en pleine effervescence. Il y a d’abord les deux étoiles qui brillent à droite des puissants jets. Toutes deux affichent de discrets filets de gaz. Puis il y en a une autre qui se dérobe à notre regard et ne peut être démasquée que dans le domaine radio. On aperçoit surtout, à gauche, une partie de l’un de ses jets qui se fraie un chemin à travers la masse de matière, y creusant un imposant tunnel. Chacune de ces étoiles s’éveille dans un sursaut de lumière.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2015 Xavier Demeersman
Tags from the story
, , , , ,
More from X. Demeersman

La nébuleuse de l’Aigle photographiée par un télescope de l’ESO

Nouvelle image pour la nébuleuse de l’Aigle, cette fois obtenue avec le...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *