Hubble : fulgurant portrait d’une nébuleuse planétaire

ngc5189 hubble
NGC 5189, nébuleuse planètaire enguirlandée photographiée par Hubble

A l’approche de Noël, l’équipe de “Heritage” du télescope spatial Hubble publie le portrait de NGC 5189, une nébuleuse planétaire singulièrement enguirlandée de gaz.

Quand une étoile de la même famille spectrale que le Soleil a “brulée”, après plusieurs milliards d’années, toutes ses réserves d’hydrogène, le noyau principalement composé d’hélium se contracte progressivement. L’étoile se refroidit en surface tandis que son coeur se réchauffe. Son existence routinière mue en une “fin de vie” tumultueuse. L’étoile âgée devient, dans un premier temps, une géante rouge qui gonfle et se dégonfle. Relativement lentement (plusieurs millions d’années) mais surement, le coeur brulant repousse les couches externes et entreprend de défaire l’étoile toute entière. Une nouvelle phase nommée nébuleuse planétaire. Souvent très belles à regarder, elles sont nombreuses au sein des galaxies. Elles arborent des formes très variées et étonnantes qui évoquent souvent à l’esprit humain des objets ou créatures terrestre : qui une “chouette”, qui “un trognon de pomme” (connu aussi comme les “altères”) ou encore un “oeil de chat”. En réalité, il n’y en a pas deux pareilles !

Celles dont le télescope spatial Hubble a tiré le portrait en octobre dernier se distingue un peu de ses homologues connues dans la Voie Lactée par sa structure complexe. Une impression renforcée par la guirlande (tons bruns) enroulée autour des lobes de gaz. En dépit de la richesse des détails, il est difficile pour les astronomes de démêler les flux de matière émis à différentes périodes par la naine blanche tapie au centre (on peut la voir en plein coeur de la nébuleuse planétaire). Les bourrasques de son rayonnement balaient les différentes couches de gaz, les effilochent. On peut découvrir sur cette image d’une beauté fascinantes, les innombrables “noeuds cométaires” et autres grumeaux de matières créés, sculptés et chauffés par le souffle puissant de l’étoile centrale.

Deux structures semblent se différencier, inclinée l’une par rapport à l’autre et étalée dans deux directions. L’observation suggère l’existence d’un compagnon qui aurait perturbé l’étoile à l’agonie. Cependant rien ne trahit pour l’instant, son existence aux yeux des chercheurs.

NGC 5189, distante de 3 000 années-lumière, est visible dans la constellation australe de la Mouche.

Pour profiter pleinement de cette superbe image capturée par Hubble, je vous invite à l’afficher plein écran. Vous pouvez la télécharger ici en haute résolution (3964 x 4224 pixels – 4,7 Mb).

Crédit photo : ESA/NASA/Hubble Heritage.

Tags from the story
, , ,
More from X. Demeersman

Danse de satellites au bord des anneaux de Saturne

Animation créée par l’excellente Emily Lakdawalla membre de The Planetary Society (son...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *