Du nouveau sur le premier astéroïde interstellaire découvert

A/2017 U1, le premier astéroïde interstellaire jamais découvert a désormais un nom : 1I/2017 U1 (Oumuamua). Tous les projecteurs sont braqués sur lui, enfin plutôt les télescopes alors qu’il traverse notre Système solaire. Des chercheurs pensent avoir trouvé son foyer d’origine et selon eux, ils seraient plusieurs à suivre le même chemin.

Surpris par les sondages des télescopes PanStarrs-1 le 19 octobre dernier, quelques semaines après son passage au plus près du Soleil, l’objet A/2017 U1 a, de par sa trajectoire hyperbolique confirmée (1,20), tout d’un voyageur interstellaire. Aussitôt la nouvelle connue, des dizaines de télescopes de par le monde, amateurs et professionnels, se sont tournés vers ce visiteur d’un autre monde pour tenter d’en savoir plus à son sujet. Il faut dire qu’il est le premier de ce type jamais observé par les astronomes et que ce moment est attendu depuis des décennies !

D’abord pris pour une comète — il fut nommé dans un premier temps C/2017 U1 (C pour comète) — ce corps céleste d’une taille estimée à 400 m a été requalifié peu après sa découverte en astéroïde, de par l’absence manifeste de chevelure de gaz et de poussière.

Maintenant, de par la nature unique de l’objet, des astronomes proposent de le désigner 1I/2017 U1, « I » étant mis pour interstellaire. En tout cas, ses découvreurs basés à l’Haleakala (Hawaï) lui ont trouvé un nom : « Oumuamua ». Le mot hawaïen fait référence à un éclaireur ou un messager. « ‘’Ou’’ signifie ‘’vouloir tendre la main’’ et ‘’mua’’, avec le second ‘’mua’’ qui met l’accent, signifie d’abord ‘’en avance de’’ », indiquent-ils.

trajectoire de l'astéroïde interstellaire
La trajectoire dans notre Système solaire d’Oumuamua, le premier visiteur interstellaire jamais observé — Crédit NASA, JPL-Caltech

Plein d’autres « éjectoïdes » à venir

1I/2017 U1 — ou encore 1I/2017 U1 (Oumuamua) — serait ainsi le premier objet interstellaire découvert par l’humanité. Et selon une étude qui vient d’être déposée sur Arxiv, il faut s’attendre à en découvrir d’autres…, beaucoup d’autres. Surtout à partir de 2022 quand le LSST (Large Synoptic Survey Telescope) entrera en service au Chili. Optimistes quant à leur découverte dans un futur proche, les chercheurs écrivent :« Le taux de découverte du LSST des éjectoïdes nous aidera à contraindre la fréquence et les propriétés de systèmes planétaires en formation dans notre voisinage galactique ».

Oui, ils les appellent éjectoïdes. Une désignation qui fait bien sûr allusion à la probable origine de Oumuamua. Selon eux, cet objet a été expulsé du système où il est né et le taux moyen pour un Système solaire comme le nôtre serait de 20 masses terrestres. 1I/2017 U1 ne serait donc que le premier d’une grande série…

1I/2017 U1 (Oumuamua) photographié le 26 octobre par un chasseur d’astéroïde. Deux jours plus tôt, le visiteur interstellaire n’était qu’à 24 millions de km de la Terre — Crédit : Luca Buzzi

Les probables origines d’Oumuamua

Quant aux origines d’Oumuamua, trois chercheurs ont déposé un article sur Arxiv qui propose une réponse. L’astéroïde ne viendrait pas de Véga, l’astre le plus brillant de la constellation de la Lyre, à 25 années-lumière de nous, comme cela a été supposé préliminairement, mais de l’une des très jeunes étoiles de l’association Carina ou Colombe, située entre 163 et 277 années-lumière de la Terre. Les auteurs se sont plongés dans le catalogue du satellite Gaia (un milliard d’étoiles sont suivies) pour inférer les étoiles qui ont des mouvements en accord avec celui A/2017 U1.

Compte tenu de sa nature d’astéroïde, les astronomes estiment en outre que l’objet devait être à l’intérieur de la ligne de glace du disque protoplanétaire de l’étoile où il s’est formé, il y a quelque 45 millions d’années. Car oui, cela ferait donc une quarantaine de millions d’années qu’il voyage. Et il n’est sans doute pas le seul à venir de là-bas, soulignent-ils.

Enfin, ils ont estimé que la planète responsable de l’éjection de l’objet — et donc d’autres avec lui — est (ou était) soit une superterre, soit une géante gazeuse de 20 à 30 masses terrestres.

La découverte d’Oumuamua ouvre en tout cas un nouveau chapitre de l’histoire de l’astronomie. Les études sur ce fascinant voyageur se multiplient. Vous n’avez pas fini d’en entendre parler.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2017 Xavier Demeersman
More from X. Demeersman

Des éruptions 10 000 fois plus puisantes que celles du Soleil produites par une petite étoile

Le 23 avril dernier, une série d’éruptions fulgurantes produites par une naine...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *