Grâce à DSCOVR, suivez au jour le jour les changements à la surface de la Terre

La Terre au jour le jour
La Terre photographiée avec la caméra Epic du satellite DSCOVR, le 19 octobre 2015 à 9 h 52 TU (soit 11 h 52 en France métropolitaine)

Les images de la Terre recueillies chaque jour par DSCOVR, situé entre le Soleil et notre Planète, à environ 1,6 million de km de nous, sont désormais accessibles sur le site dédié de la Nasa. Outre la surveillance du vent solaire, le satellite permet de suivre les variations qui surviennent dans notre biosphère.

Situé en permanence entre la Terre et le Soleil, sur le premier point de Lagrange (L1) à environ 1,6 million de km de notre Planète, DSCOVR (Deep Space Climate Observatory), développé par la Nasa en partenariat avec la NOAA et l’U.S. Air Force, a reçu notamment pour mission de surveiller en temps réel le flux du vent solaire et d’alerter les terriens quand une tempête s’annonce. Si par exemple une éjection de masse coronale (CME) vient à se diriger vers notre Planète bleue, le satellite sera le premier informé et pourra ainsi avertir immédiatement les autorités qui auront alors entre 15 et 60 minutes pour agir en conséquence.

En effet, très dépendantes des technologies, nos sociétés modernes sont devenues très fragiles en cas de violente tempête géomagnétique, susceptible d’affecter nos infrastructures, les divers systèmes de communications et de géolocalisations (GPS), les centrales électriques, etc. Comme l’a montré une étude de 2008, les dégâts occasionnés pourraient couter entre 1.000 et 2.000 milliards de dollars et, en outre, il nous faudrait entre 4 et 10 ans pour nous en remettre… Il est donc capital de ne pas être pris au dépourvu.

L’autre enjeu de DSCOVR est le suivi quotidien de notre biosphère. En effet, de par sa position, le satellite peut embrasser la face éclairée du globe terrestre tout entier, comme nous l’avons vu d’ailleurs en juillet dernier avec la publication de son tout premier portrait. Rappelons que c’est le premier (les autres sont des assemblages) depuis celui des astronautes d’Apollo 17, en 1972, lequel valut alors à notre Planète d’être surnommée la « bille bleue » (Blue Marble).

La Terre le 22 septembre 2015
Animation créée à partir des images de la Terre prises par DSCOVR le 22 septembre 2015

Équipé de la caméra de 4 mégapixels Epic (Earth Polychromatic Imaging Camera) au foyer d’un télescope de 30 cm de diamètre, DSCOVR transmet désormais quotidiennement une douzaine d’images couleur acquises au cours des 12 à 36 dernières heures. Chacune compile trois vues prises dans les bandes bleu, rouge et vert offrant une définition équivalent à 12 mégapixels. S’ajoutent des images prises dans 10 longueurs d’onde différentes, allant de l’ultraviolet à l’infrarouge en passant par le visible.

On peut toutes les retrouver chaque jour sur le site dédié que la Nasa vient d’ouvrir : epic.gsfc.nasa.gov. Il est possible de les animer et aussi de remonter le temps grâce aux archives. L’intérêt est bien entendu de suivre sur le long terme l’évolution de notre Planète, les variations climatiques, la couverture nuageuse, de la réflectivité, de la végétation, voir aussi les différentes perturbations et les changements des aérosols, de l’ozone, etc. La résolution actuelle est de 10 à 15 km.

Grâce à DSCOVR, nous pouvons dorénavant admirer au quotidien ce monde d’un bleu outremer que nous habitons, dans son contexte interplanétaire et les liens avec son étoile, le Soleil.

Crédit photos : NASA

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2015 Xavier Demeersman
More from X. Demeersman

Image du jour : cartes postales de Titan envoyées par la sonde spatiale Cassini

Le 12 mai 2011, le vaisseau Cassini qui navigue autour de Saturne...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *