Dawn : première carte et meilleure image de Cérès

dark side of Ceres
Meilleure image (à ce jour) de Ceres - la sonde Dawn était côté nuit de la planète naine, le 10 avril, à 33 000 km

Les premières données sur Cérès, observé depuis quelques semaines par Dawn — arrivée le 6 mars, montre un astre qui n’a pas fini de nous étonner de par ses points brillants et sa géomorphologie.

En attendant le début de la phase scientifique autour de Cérès de la mission Dawn, programmée le 23 avril prochain, à quelque 13 500 km de la surface de la planète naine, des chercheurs ont profité de l’assemblée générale de l’Union européenne des géosciences qui se tenait du 12 au 17 avril à Vienne pour communiquer sur les premières observations produites par la sonde spatiale arrivée le 6 mars dernier.

Une carte inédite de cet astre de 950 km de diamètre, encore jamais visité — c’est en effet le premier rendez-vous de l’histoire de l’exploration spatiale avec une planète naine —, montre une surface plus couverte de cratères qu’imaginée auparavant, mais qui cependant, en compte relativement peu qui sont de grandes tailles. « Cette planète naine n’était pas juste un rocher inerte tout au long de son histoire » explique Chris Russell, directeur scientifique de la mission basée à l’université de Californie, « elle était active avec des processus qui ont abouti à l’émergence de différents matériaux selon les régions. Nous allons commencer à capturer cette diversité sur nos images couleur ».

carte de Ceres
Première carte globale de Ceres — les fausses couleurs témoignent des différences de terrains à la surface de la planète naine

Depuis le début de cette année, à mesure que la sonde approchait de sa seconde destination au sein de la ceinture principale d’astéroïdes (Vesta fut explorée durant 14 mois, entre 2011 et 2012), nous avons fait l’étonnante découverte de plusieurs points brillants à la surface de Cérès, dont une paire bien visible au creux d’un cratère. Celui-ci aurait un diamètre de 92 km (équivalent aux cratères Tycho et Copernic sur la Lune). Étrangement, leur température est similaire à leur environnement selon les mesures réalisées avec l’instrument VIR (Visible and InfraRed mapping spectrometer). En revanche, un autre se situe dans une région plus froide que le reste de Cérès, ce qui s’accorde plus avec la présence de glace, mais montre qu’ils peuvent se comporter différemment (sont-ils de nature différente ?… ). Comme on peut le constater, pour l’instant, ces régions brillantes conservent une part de leurs mystères en dépit des spéculations à leur sujet. Cela pourrait être des sites de potentiels geysers comme ceux que le télescope spatial Hubble avait détectés en 2013. Avec le support de ce dernier, les scientifiques en connaissent 10 qui sont plus ou moins identiques.

« Les points brillants continuent de fasciner les chercheurs, mais nous devons encore attendre jusqu’à être plus proche pour être en mesure de mieux les résoudre avant que nous puissions déterminer leurs sources » a déclaré à ce propos Chris Russell.

Nous n’allons pas tarder à apprendre davantage, au profit d’une approche inédite de ce corps riche en eau (environ 25 % de sa masse) qui a beaucoup de choses à nous révéler sur la formation de notre Système solaire, il y a plus de 4,5 milliards d’années.

température des points lumineux de Ceres
Sur cette mosaïque d’images réalisées dans le visible et l’infrarouge, on peut observer en haut, le point lumineux 1 (en anglais, _Spot 1_) et en bas, _Spot 5_. Celui-ci est plus célèbre car double. Ces données prises le 19 février, à environ 46 000 km de la surface de Ceres, montrent les curiosités de la planète naine : le premier _spot_ est plus froid que le reste de l’astre tandis que le second, spot 5, présente une température identique à son environnement.

La meilleure image jamais réalisée à ce jour de Cérès a été prise le 10 avril par Dawn, située alors du côté nuit (obscur, en anglais dark side of Ceres…), à 33 000 km de sa surface. Le 23 avril, la sonde spatiale la survolera à 13 500 km puis, après le 9 mai, continuera de descendre son orbite.

dark side of ceres
Rotation de Ceres, du point de vue de sa face sombre, opposée au Soleil

Crédit photo : NASA/JPL-Caltech/UCLA/MPS/DLR/IDA.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2015 Xavier Demeersman
More from X. Demeersman

Eclipse partielle de Lune le 16 août 2008

N’oubliez d’observer l’éclipse partielle de la Lune, le 16 août dés le...
Read More

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *