Cinq grandes éruptions solaires en cinq jours

Bien que relativement calme ces dernières semaines, notre Soleil manifeste de temps à autre des sursauts d’activité comme cela fut le cas autour du solstice d’été. Notre Étoile a en effet produit une série d’éruptions remarquables qui avaient pour origine la grande région active AR 2371.

Depuis l’éclipse partielle du Soleil qui fut visible dans une partie de l’hémisphère nord le jour de l’équinoxe du printemps, nous n’avons pas beaucoup parlé de notre Étoile. Certes, en ce début d’été 2015, il est dans toutes les conversations, car beaucoup le jugent trop généreux pour faire monter ainsi les températures en France métropolitaine. Mais cela est une conséquence climatique (le réchauffement global n’y est probablement pas étranger) et n’a pas de liens directs avec les changements d’humeurs du Soleil. Ceux-ci s’inscrivent, rappelons-le, dans un cycle d’activité d’une durée moyenne de 11 ans (quoique plus de 13 ans ont séparé les deux derniers maximum) et étant donné le nombre de taches sombres que l’astre solaire a arboré ces derniers mois, on peut supposer que l’on se dirige tout doucement vers le creux de la vague, entre deux maximum. Mais on n’y est pas encore.


En effet, de grandes régions actives peuvent encore se former à la surface du Soleil et provoquer d’importantes éruptions. Le 5 mai dernier d’ailleurs, il y en eut une puissante classée X.2.7. La précédente (X2.2) datait du 11 mars. Au cours des 10 derniers jours de juin, les observatoires solaires sur Terre et dans l’espace ont enregistré une série d’événements qui n’ont rien à envier au rythme d’activité observé lors d’un maximum. Ainsi, pas moins de cinq éjections de masses coronales (CME) se sont heurtées à la magnétosphère terrestre entre le 21 et le 23 juin. Certaines ont provoqué une déferlante d’aurores que des observateurs nocturnes ont pu admirer jusqu’au nord des États-Unis comme dans le Massachusetts (voir photo), au lendemain du solstice d’été. Les CME provenaient à chaque fois du très bel archipel de taches sombres nommé AR 2371 qui faisait alors face à notre Planète. La première de la série, une éruption classée M3, s’est produite le 18 juin à 17 h 36 TU. Elle n’était certes pas aussi intimidante que celles de classe X, mais toutefois la plus élevée depuis un mois. D’autres suivirent jusqu’au 25 juin. Le satellite SDO (Solar Dynamics Observatory) nous offre de les revivre en accéléré (voir vidéo ci-dessus). Idem pour le vénérable Soho dont les coronographes Lasco C2 et C3 ont saisi l’étalement des particules violemment expulsées du Soleil (jusqu’à 2.000 km/s).

Après le 25 juin et une ultime éruption classée M7.9, la région active 2371 a paisiblement rejoint le limbe de l’étoile. Celle-ci présente un calme relatif jusqu’à la prochaine tempête.

Taches solaires le 21 juin 2015
La photosphère du Soleil imagée par SDO le 21 juin 2015. La région active AR 2371 était alors en pleine croissance et faisait face à la Terre. Près du limbe, on distingue AR 2367 qui fut également un groupe de taches sombres remarquables les jours précédents

Crédit photo : Nasa, SDO

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2015 Xavier Demeersman
Tags from the story
, , ,
More from X. Demeersman

La grande galaxie brillante spirale et elliptique NGC 7049 photographiée par le télescope Hubble

A la croisée d’une galaxie de type elliptique et de type spirale,...
Read More

1 Comment

  • Et on a encore rien vu ! Notre « ÉTOILE », est encore la maîtressedu grand JEU , et on voudrait nous faire croire, que le comportement des humains est le seul responsable!? !
    En fait , on veut encore faire de l’Argent sous ce bon prétexte, et ça n’est rien d’autre que « SATANIQUE » et Vain !
    Vous avez tous besoin de changer de mentalité et de reconnaître ENFIN la VANITÉ de vos pensée et de vos actes!
    NOUS NE SOMMES QUE POUSSIÈRES, ET SEULE L’ENERGIE DE LA LUMIÈRE , SERA À JAMAIS LE MOTEUR DE LA VIE !
    Il suffit de l’accepter, une fois pour toutes !
    LITHARGOEL DIXIT !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *