A ne pas manquer les 23 et 24 août : Mars, Saturne et Antarès alignés

Capture d’écran du ciel en direction du sud, sud-ouest le 23 août vers 21h30. Antarès, la rivale de Mars, surnommée par les Romains le cœur du Scorpion (Cor Scorpionis) scintille en dessous de la Planète rouge et de Saturne, toutes deux alignées verticalement avec l’étoile rougeoyante — Crédit : SkyGuide

A ne pas manquer les soirs du 23 et 24 août, en direction de l’horizon sud, sud-ouest, les planètes Mars et Saturne alignées verticalement avec l’étoile Antarès, cœur rouge de la constellation du Scorpion.

Après l’alignement, bas sur l’horizon ouest, le 5 août au crépuscule de Vénus, Mercure, la Lune et Jupiter suivi, en direction du sud, de Mars et de Saturne (tous les astres vagabonds, asteres planetes, visible à l’œil nu sont là), après la pluie des Perséides qui, comme chaque année a culminé le 12 août, et fut plus abondante que d’habitude, le ciel nocturne de cet été 2016 nous gâte encore avec une conjonction remarquable, pour nos soirées à la belle étoile du 23 et 24 août.

En effet, vu de la Terre, notamment depuis les latitudes moyennes boréales jusqu’aux basses latitudes australes, les planètes Saturne et Mars sont alignées verticalement avec l’étoile la plus brillante du Scorpion, Antarès. Pas besoin d’instruments pour apprécier cette réunion au firmament. Vous les trouverez en direction du sud, sud-ouest, pas très haut au-dessus de l’horizon (plus on va vers le sud, plus ils sont élevés dans ciel).

Des trois astres, Mars est le plus brillant. Pourtant il est le plus petit de tous. Notre voisine, la Planète rouge, actuellement à 126 millions de km de nous (lors de son opposition en mai dernier, elle n’était qu’à 75,3 millions de km de nous) — soit 7 minutes-lumière — est pour rappel presque deux fois plus petite que la Terre.

Concernant Saturne (admirable dans une lunette ou un télescope), deuxième plus grande planète du Système solaire (près de 10 fois la taille de la Terre), elle brille moins du fait de sa distance plus grande avec notre monde : 1,46 milliard de km, c’est-à-dire une heure et vingt minutes-lumière.

Pour le troisième objet baptisé par les Grecs Antarès, la rivale de Mars (anti Ares), pour sa couleur évoquant le Dieu de la Guerre, bien que moins brillant, il est de loin le plus gros de tous. C’est une supergéante rouge, une étoile massive sur le point de devenir une supernova. Elle pourrait exploser bientôt, c’est-à-dire d’ici quelques siècles. Distante de 550 années-lumière, nous la voyons donc telle qu’elle était il y a… 550 ans. Si nous pouvions mettre cette étoile au centre du Système solaire, à la place du Soleil, nous serions à l’intérieur. Nous et bien sûr Mercure, Vénus et même Mars. Son rayon est de 3,4 unités astronomiques, c’est à dire 3,4 fois la distance entre la Terre et le Soleil.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2016 Xavier Demeersman
More from X. Demeersman

Opposition de Mars le 18 décembre

[youtube width= »350″ height= »292″]http://www.youtube.com/watch?v=EeuYDwcuu-M[/youtube]
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *