Voici Pluton !

Pluton le 13 juillet
La meilleure image jamais réalisée de Pluton (jusqu’à la prochaine attendue le 15 juillet). Le télescope LORRI de New Horizons a acquis cette photo le 13 juillet 2015 à 768 000 km de la surface de la planète naine. Le grand cœur qui s’étend sur environ 1 600 km, est la région qui a été survolée ce 14 juillet à 11 h 49 TU. Sa coloration provient des données acquises en basse résolution par l’instrument Ralph, le 13 juillet.

Voici enfin Pluton ! En chair et en os, serait-on tenté de dire même si nous la découvrons à travers les yeux de New Horizons laquelle, après un long voyage de 9 ans et près de 5 milliards de km, vient de survoler avec succès la planète naine qui circule au sein de la ceinture de Kuiper ! Arborant un grand cœur à sa surface — la région survolée à 12 500 km par New Horizons —, Pluton semble nous déclarer sa flamme… Et nous aussi. Longtemps resté flou, voici enfin son vrai visage.

Hello Pluto ! Bravo et merci mille fois à toute l’équipe de la sonde New Horizons pour cette première et principale étape de la mission : la visite du système Pluton-Charon. Un peu plus de 3 462 jours se sont écoulés depuis son départ de la Terre. Et voilà, après neuf ans et demi de voyage et plus de 4,8 milliards de km de parcourus en battant des records de vitesse, une sonde vient d’effleurer cette planète naine encore méconnue, à 12 500 km de sa surface. Les premières images de ce survol arriveront dans la nuit du 15 juillet.

Jusqu’à présent, nous devions nous contenter des images d’Hubble pour deviner sa composition et ses paysages, désormais nous avons celles acquises à proximité par New Horizons (et les données). C’est historique. Des décennies d’attentes récompensées et visiblement cela valait la peine. Plein de surprises et de découvertes attendent les planétologues.

Aujourd’hui donc, le 14 juillet, à 11 h 49 TU (soit 13 h 49 en France métropolitaine) Pluton reçut sa première visite d’un vaisseau spatial (inhabité) venu de la Terre. « Nous avons maintenant un portrait complet du Système solaire » disent les Américains attachés à ce que ce corps sphérique de la ceinture de Kuiper soit toujours considérés comme la neuvième planète. Certes, beaucoup d’entre nous ont grandi en apprenant à l’école que c’est la dernière et la plus lointaine à graviter autour du Soleil (une année dure sur Pluton, 247 ans !), qu’il y fait très froid, mais il faut bien se faire une raison : c’est une planète naine…

Charon (à gauche) et Pluton (à droite) photographiés le 11 juillet par New Horizons
Charon (à gauche) et Pluton (à droite) photographiés le 11 juillet par New Horizons

Priorité à la moisson de données

Depuis le 13 juillet et les nouvelles estimations de sa taille basées sur les images de LORRI, Pluton est un peu plus grande que prévu. Son diamètre est dorénavant de 2 370 km. Aussi faut-il le voir désormais comme le corps (connu) le plus important de la ceinture de Kuiper, une réserve de plusieurs centaines de milliers de comètes potentielles où se promènent aussi ses congénères Sedna, Makemake, Éris, etc. En conséquence, cela signifie aussi que l’astre découvert en 1930 présente une densité plus basse que ce qui était supposé, ce qui implique qu’il y aurait plus de glace à l’intérieur… Cela a pris des décennies pour déterminer sa taille, rappelle la NASA dans son communiqué, car d’aussi loin que nous sommes, les images n’étaient pas suffisamment résolues pour ne pas être induit en erreur par son atmosphère, aussi ténue soit-elle.

Au cours de cette approche historique, New Horizons était programmée pour effecteur différent mesures au moyen des sept instruments embarqués, à la fois de Pluton et ensuite Charon, une heure plus tard. En passant dans l’ombre de Pluton puis de Charon, la sonde a vu le Soleil et la Terre occultés ce qui lui a permis de sonder leur fin manteau atmosphérique (ou leur absence probable dans le cas de Charon). Lors du survol, le vaisseau a également scruté la surface, acquis des spectres afin de déterminer la composition de ses glaces et autres caractéristiques sombres de même, naturellement, la cartographie pour caractériser ses reliefs et, par conséquent, son histoire géologique. Pluton présente une surface plus jeune que son compagnon Charon, a expliqué Alan Stern, lors de la conférence de presse organisée pour ce rendez-vous inédit. Un resurfaçage régulier induit vraisemblablement par son rapprochement du Soleil au fil de son orbite (périhélie : 4,4 milliards de km ; aphélie : 7,3 milliards de km).

 

New Horizons transmet les données à un débit plus lent que nos modems du début du siècle : 4 ko/s. Il faudra environ seize mois pour téléverser la totalité des informations collectées. Toutefois, les premières données et images compressées devraient arriver dans les bureaux du JHUAPL au cours de la nuit du 14 au 15 juillet. La résolution des images prises au cours des heures et minutes précédant le survol est annoncée comme 10 fois meilleure que celle acquise le 13 juillet à environ 700 000 km de ce monde lointain. Des images de Nix et Hydra sont aussi attendues. Tout s’est probablement bien passé. Le directeur Alan Stern a déclaré qu’ils estiment à 2 risques sur 10 000 que la sonde percute une poussière ou un débris dans l’environnement du système Pluton-Charon.

A la question posée : que deviendra la mission New Horizons au cours de ces prochaines années, après la visite d’un objet de Kuiper (après une longue recherche, deux candidats sont en lice : PT1 et PT3) vers 2018-2019, il a été répondu que la sonde possède suffisamment d’énergie pour fonctionner au moins jusqu’en 2030. Elle continuera bien sûr son voyage à quelque 49 000 km/h en direction du milieu interstellaire qu’elle n’atteindra pas avant plusieurs millénaires…

Comparaison de la taille de Pluton et Charon avec la Terre
Comparaison de la taille de Pluton et Charon avec la Terre

Crédit photos : NASA/JHUAPL/SwRI

More from X. Demeersman

Zoom dans les galaxies en collision Arp 261

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=0GtrXuVVv9Q[/youtube]
Read More

2 Comments

  • En voyant Pluton
    Pas d’émotion
    Pas de sons
    Pas d’oiseaux
    Pas d’eau
    Sur sa peau
    Surface lisse
    Froide
    Nue

    Seule Pluton
    Nue
    Erre Solitaire
    Avec ses soeurs planétaires
    Dans l’espace
    Infini

    Pluton Glisse
    En silence
    Dans la nuit solaire
    Ronde incessante

    Pluton erre solitaire
    Avec ses soeurs planétaires
    Cercles infinis
    Dans la nuit
    Sans bruit

    En voyant Pluton
    Pas de larmes
    Pas d’émotions
    Seul un son silencieux
    Emerge de l’image
    Emerge des cieux

    Pluton erre solitaire
    Avec ses soeurs planétaires
    Incessante ronde
    Du monde
    Dans le système solaire

    Et dans cette nuit profonde
    Pluton erre
    Erre
    Non Pluton
    Petite soeur du système solaire
    Tu n’es plus seule
    Bienvenue dans notre monde
    Dans la ronde
    Des planètes errantes
    Dansantes autour du maître solaire
    Bienvenue Pluton,
    Petite soeur
    Dans notre ronde infinie

    Jakez Gaucher
    Ecrit ce matin en voyant votre site. Félicitation pour votre travail !!!

  • On ose espérer que PLUTON ne contient pas que du PLUTONIUM…… Sinon ça va être la « Course » chez les ciglés de la TERRE …. !
    Mais bon, ! qui vivra verra. et on a tout notre temps!
    Patience !vaut plus que force ni que rage!
    D. P.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *