Viking 1 se posait sur Mars il y a 40 ans

Première image jamais réalisée du sol martien. C’était quelques secondes après l’atterrissage de Viking 1, le 20 juillet 1976 — Crédit : NASA

Le rover Mars 2020 partira à la recherche de traces de vie sur Mars mais le pionnier dans ce domaine est Viking 1, le premier engin terrestre à se poser avec succès et en douceur sur la surface de Mars. C’était il y a 40 ans, le 20 juillet 1976.

Nous parlions il y a quelques jours du coup d’envoi annoncé par la Nasa de la construction du rover Mars 2020, héritier de l’actuel Curiosity toujours en opération sur Mars dans le cratère Gale, et évoquions les objectifs principaux de sa mission qui devrait débuter en février 2021, si tout se passe bien : rechercher dans le sol et les roches sur son chemin d’éventuelles traces de vie, passées ou actuelles, et évaluer les ressources qui pourraient être disponibles pour les premiers terriens qui débarqueront sur Mars… à l’horizon 2030. Cela s’annonce passionnant, dans la lignée de ses prédécesseurs.

Envoyer un petit laboratoire sur Mars en quête de signatures biologiques n’est cependant pas nouveau. Le premier à s’y intéresser in situ est Viking 1. Lancé le 20 août 1975, l’engin de la Nasa restera dans l’histoire comme étant le premier à se poser avec succès sur le sol martien. C’était le 20 juillet 1976, il y a tout juste 40 ans.

Un atterrissage prévu le 4 juillet et remis au 20 juillet

L’atterrisseur Viking 1 n’était pas venu seul. Avec lui, l’orbiteur du même nom. (Idem pour Viking 2, parti de la Terre un mois plus tard.) Dans un premier temps le vaisseau en orbite chargé de cartographier la Planète rouge devait aider à déterminer le site d’atterrissage le moins risqué pour la plateforme avec laquelle il avait voyagé durant 10 mois. Arrivé en orbite le 19 juin 1976, l’engin ne devait pas se poser à n’importe quelle date… ce fut bien sûr, le 4 juillet, date qui marquait le bicentenaire de la Déclaration d’indépendance des États-Unis, qui fut choisi.

Le site retenu fut l’embouchure de l’ancienne vallée de débâcle Ares Vallis dans le bassin de Chryse Planitia. Malheureusement, les clichés montrèrent que le terrain était trop accidenté et les opérateurs durent se résoudre à en trouver un autre. Aussi, tant pis pour le 4 juillet. Finalement, le lander se libérera de l’orbiteur le 20 juillet, un autre date historique (et pas des moindres) : les premiers pas de l’Homme sur la Lune.

Trois heures après sa séparation, il se posera dans la partie ouest de Chryse Planitia, à 11 h 53 en temps universel, pour la Terre, et 16 h 13 en heure martienne. Ses coordonnées sont 22,48 ° de latitude nord et 47,97 ° de longitude ouest. La première image — le pied n° 3 et le sol — sera transmise 25 secondes plus tard. 19 minutes après l’envoi du cliché (Mars était alors à 19 minutes-lumière de la Terre), c’est l’extase au centre de contrôle de Pasadena. Par la suite, l’humanité découvrira les premiers paysages (panorama) d’un autre monde que la Terre et la Lune. Une vaste plaine volcanique jonchée de rochers noirs et de dunes ondulantes…

Première image couleur du sol martien
Première image couleur du sol martien

Six ans de fonctionnement au lieu des 3 mois envisagés

Après quelques déboires avec le bras articulé qui a creusé une tranchée dans le sol martien longue de 17 cm et profonde de 5 cm, pour déposer, après tamis, l’échantillon dans le compartiment pour analyse avec le spectromètre à fluorescence rayons X (XRFS) et le spréctomètre de masse, les premiers résultats parvinrent à l’équipe scientifique. Rien n’a permis de conclure à la présence de vie (Voir « Retour sur une expérience de Viking en 1976 »).

En dehors de ces investigations, Viking 1 et son jumeau basé à Utopia Planitia, se sont employés à prendre des images en haute résolution et à étudier l’environnement, la surface et l’atmosphère. On lui doit d’ailleurs d’avoir caractérisé la Planète rouge comme un milieu froid, sec, pourvu d’une atmosphère riche en gaz carbonique. Il a été aussi le premier à observer des tempêtes de sable et les changements saisonniers. Un pionnier dans de nombreux domaines.

Prévu pour survivre trois mois, l’atterrisseur a tenu bon six ans (deux ans plus que Viking 2) ! Le contact fut perdu le 11 novembre 1982. Quelques mois plus tôt, en janvier 1982, il fut renommé Mutch Memorial Station, en l’honneur de Tim Much, responsable de l’équipe du système d’imagerie des deux missions. Le point final de cette mission fut le 21 mai 1983.

Les Américains ne reviendront sur la surface de Mars que 14 ans plus tard… le 4 juillet 1997. Ainsi, 20 ans après Viking 1, Mars Pathfinder et son petit rover Sojourner se poseront dans le premier site choisi pour Viking : l’embouchure d’Ares Vallis dans Chryse Planitia. Le lieu sera immédiatement baptisé Mémorial Carl Sagan.

Retrouvez de nombreuses images prise par Viking 1 sur la galerie Photojournal de la NASA.

Carl Sagan pose à côté d’un modèle de l’atterrisseur Viking, non pas sur Mars mais dans la Vallée de la Mort — Crédit : NASA
Carl Sagan pose à côté d’un modèle de l’atterrisseur Viking, non pas sur Mars mais dans la Vallée de la Mort — Crédit : NASA
Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2016 Xavier Demeersman
Tags from the story
, ,
More from X. Demeersman

Double éjection de masses coronales en direction de la Terre

Une double éjection de masses coronales (CME) en direction de la Terre...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *