Plongez au cœur de la Voie lactée en vidéo 360

Découvrez ce qui se passe au centre de notre Galaxie, la Voie lactée, là où est tapi le trou noir supermassif Sagittarius A*. Dans cette vidéo 360°, vous allez prendre sa place et ainsi pouvoir observer les étoiles qui s’affolent autour de lui. Des chercheurs ont réalisé deux simulations qui permettent de mieux comprendre les interactions des étoiles massives qui expulsent du gaz en grande quantité avec le trou noir central.

Si vous avez envie de vous dépayser un peu de la Terre et du Système solaire, vous pouvez tenter l’expérience d’une immersion à 360° en plein cœur de la Voie lactée. C’est là, à 26.000 années-lumière de notre douce Planète bleue que règne Sagittarius A* (ou Sgr A*), le trou noir supermassif de notre Galaxie.

Dans cette vidéo saisissante, la NASA vous invite à prendre la place de ce gargantua cosmique et ainsi de découvrir tout ce qui se passe autour de cet astre très dense de quelque quatre millions de masses solaires dans un périmètre de deux années-lumière seulement (soit la moitié du chemin qui nous sépare de Proxima du Centaure). Alors, chaussez votre casque de réalité virtuelle (de type Samsung Gear VR ou Google Cardboard) ou, si vous n’en avez pas, visionnez simplement la vidéo 360° sur votre smartphone ou votre tablette — en l’orientant dans toutes les directions — (ou encore, dans un navigateur web sur un ordinateur) pour vivre cette aventure hors du commun.

Capture d’écran de la simulation de l’environnement du trou noir supermassif au centre de la Voie lactée — Crédit : NASA, CXC, Pontifical Catholic University of Chile, C. Russell et al.

Deux simulations du comportement du trou noir sur son environnement

Voici à quoi ressemble cet endroit qui nous est inaccessible physiquement. Même si les simulations dans lesquelles vous vous retrouvez transporté ne couvrent que quelques siècles, cela reste un bref aperçu de tout ce qui se passe autour de Sgr A* depuis des… milliards d’années. Un battement de cil qui se déroule, ici, en accéléré.

À l’origine de ces deux simulations, des astronomes curieux d’en apprendre plus sur les interactions du trou noir supermassif avec la trentaine d’étoiles massives de type Wolf-Rayet qui l’entourent. La plupart d’entre elles sont en train de s’effeuiller, éventant leur enveloppe gazeuse, couche après couche, comme nous pouvons le voir. Des lambeaux se retrouvent même engloutis par le trou noir ou s’enroulent autour. Lorsque des bourrasques de gaz issues de différentes étoiles entrent en collision, les ondes de choc embrasent les nuages, les chauffant à plusieurs millions de degrés. Les observations du télescope spatial Chandra, sensible au rayonnement X, ont permis de les étudier et de les cartographier. Ces précieuses données, et aussi celles du VLT dans l’infrarouge, ont aidé les chercheurs à construire ces simulations.

Car oui, il y a deux scénarios qui sont développés ici. Tous deux commencent il y a 350 ans et se poursuivent durant 500 ans. Dans le premier, notre trou noir supermassif est relativement paisible, et dans le second, il est plus excité et produit des éruptions. Alors, quelles sont les conséquences du comportement de Sgr A* sur son environnement où des étoiles se déchirent ? Christopher Russell (université catholique pontificale du Chili) et son équipe ont donc voulu confronter les simulations avec les observations de Chandra pour découvrir ce qu’il s’est passé ces derniers siècles — en réalité, il y a 26.000 ans. Tout indique, selon eux, que Sgr A* a dû produire une éruption assez puissante il y a un peu plus de 100 ans. L’évènement continuerait encore d’avoir des effets sur la place centrale de la Galaxie, dispersant des nuages. Un voyage fascinant au cœur de la Voie lactée.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018 Xavier Demeersman
More from X. Demeersman

En vidéo, puissante éruption jaillissant d’une grande tache solaire

Evoquée dans un précédent article, la région active 1339 où surnage une...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *