Une météorite qui vient de Mars va retourner chez elle

Vue contemporaine de l’ensemble qui constitue le « dôme de Tharsis », immense renflement de 5.000 km de diamètre. On distingue notamment le mont Olympe (21 km d’altitude) et le trio de la chaîne de Tharsis : Ascraeus (environ 18 km), Pavonis (14 km) et Arsia (17,7 km). On aperçoit vers le limbe, le Labyrinthe de la nuit, où s’ouvre la grande Valles Marineris. L’image a été prise par la sonde Mars Express, le 29 juin 2014 — Crédit : ESA, DLR, Fu Berlin, Justin Cowart

Une météorite venue de Mars et retrouvée dans le Sahara va avoir le privilège de retourner d’où elle vient. Une première ! Ce petit caillou martien a d’ailleurs déjà voyagé plusieurs fois, de la Terre vers l’espace et vice-versa. Quelle aventure !

Une météorite martienne va rentrer chez elle. Que de voyages pour ce petit morceau de roche qui, à l’origine, a été arraché à la croûte martienne il y a environ 180 millions d’années. Celui-ci, en effet, après avoir dérivé dans l’espace interplanétaire, a fini par traverser l’atmosphère terrestre et s’échouer dans le désert du Sahara. Découvert puis authentifié par le Muséum d’histoire naturelle de Paris, la pierre extraterrestre de 5 g a été ensuite revendue par Luc Labenne, chasseur et collectionneur de météorites, à la Cité de l’espace. Mais son périple ne s’est pas arrêté là. Plutôt que de demeurer dans la collection, la météorite a été confiée à l’astronaute Thomas Pesquet, qui l’a emmenée avec lui à bord de la Station spatiale internationale ! Nouvelle traversée atmosphérique pour la météorite. Et encore une autre, à son retour, six mois plus tard !

Thomas Pesquet tient dans sa main la météorite martienne qu’il a emmenée avec lui à bord de l’ISS. À ses côtés, l’astrophysicien Sylvestre Maurice, l’inventeur de l’instrument ChemCam qui équipe Curiosity — Crédit : Remy Gabalda, AFP

Retour sur Mars avec le rover Mars 2020

Mais ce n’est pas fini. Des chercheurs ont eu l’idée de la rapatrier sur Mars. Cette fois, ce ne sera pas Thomas Pesquet qui la transportera, même s’il serait partant. Ce sera le jumeau de Curiosity, le rover Mars 2020. Mais d’abord, la météorite sera coupée en trois morceaux : il y en aura un qui restera dans la Cité de l’espace, un deuxième offert à l’astronaute français « pour le remercier », et un troisième donc qui s’envolera en 2020.

« Au total, la pierre de Mars aura traversé quatre fois l’atmosphère terrestre et deux fois l’atmosphère martienne », a déclaré Sylvestre Maurice, de l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (Irap). L’astrophysicien est le père de ChemCam, un des instruments qui équipe l’actuel Curiosity, sur Mars depuis 5 ans. Il a aussi conçu SuperCam qui, lui, équipera Mars 2020, un rover, dont la mission sera notamment de rechercher d’éventuelles traces de vie sur la Planète rouge. « Nous allons faire de la science avec ce petit morceau de météorite martienne, a-t-il expliqué. Il va nous servir à étalonner SuperCam ». D’abord surprise, la Nasa a ensuite acceptée.

Mars est un des sujets abordés par les 100 astronautes réunis depuis lundi à Toulouse pour le 30e congrès mondial des astronautes.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2017 Xavier Demeersman
More from X. Demeersman

Présence de molécules organiques dans l’atmosphère d’une exoplanète

[youtube width= »350″ height= »292″]http://fr.youtube.com/watch?v=bfK2hMi45RU[/youtube]
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *