Un amas d’étoiles super massives dans la nébuleuse de la Tarentule photographié par le télescope Hubble. Magnifique !

L'amas d'étoiles R136 L’amas R136 dans la nébuleuse 30 Doradus

La dernière « prise » du télescope spatial Hubble est une fois encore stupéfiante par sa beauté et sa précision. C’est une invitation au voyage. Une image dans laquelle on aimerait se plonger, s’immerger … L’écran de l’ordinateur ne suffit pas, un poster géant serait mieux ! Inutile de dire qu’il est recommandé de la télécharger en haute résolution pour en apprécier tous les détails (voir ci-dessous).

Ce que nous voyons est le jeune amas ouvert R136 à l’intérieur de la nébuleuse 30 Doradus. C’est une des régions de formation d’étoiles les plus actives dans notre voisinage. Située quand même à 170 000 années-lumière de nous dans la galaxie du Grand Nuage de Magellan. Les milliers d’étoiles bleues que l’on distingue des volutes de gaz rouges et jaunes sont nées il y a quelques millions d’années. Extrêmement chaudes et brillantes, super massives – certaines ont plus de 100 fois la masse de notre Soleil – leur espérance de vie n’est que de quelques millions d’années (ce qui est peu par rapport aux 10 milliards d’années de vie des étoiles comme le Soleil). En agrandissant l’image, on peut admirer l’action de ces étoiles sur leur environnement. Des tempêtes de vents stellaires qui sculptent d’immenses cavités dans ces falaises brumeuses, gazeuses. On y trouve en abondance de l’hydrogène (en rouge) et aussi de l’oxygène (en vert) créé par les générations précédentes d’étoiles. Des flots de rayonnements ultraviolet (en bleu) déchirent le vaste manteau de la nébuleuse de la Tarentule. Une myriade d’étoiles prise dans sa matrice.

Il est rare d’observer de tels amas constitués d’étoiles super massives dans notre groupe local (qui compte notre galaxie la Voie Lactée, le Petit et le Grand Nuage de Magellan, la galaxie d’Andromède, Centaurus A, etc.). Une telle frénésie rappelle aux astronomes l’univers plus jeune où fusions de galaxies et naissances effervescentes d’étoiles étaient fréquentes. La collision du Grand Nuage de Magellan avec le halo de la Voie Lactée, les forces de marées créent de fortes compressions de la matière. Un terrain gigantesque favorable à l’apparition rapide de milliers d’étoiles massives.

Télécharger l’image en très haute résolution (11,1 Mb)

Zoom dans la galaxie du Grand Nuage de Magellan où se situe la grande nébuleuse de la Tarentule et l’amas d’étoiles R136 photographié par le télescope Hubble.

Crédit photo : NASA/ESA/F. Paresce (INAF-IASF, Bologna, Italy)/R. O’Connell (University of Virginia, Charlottesville) et the Wide Field Camera 3 Science Oversight Committee.

More from X. Demeersman

Détection d’un excès d’antimatière qui pourrait trahir la nature de l’insaisissable matière noire

Les premiers résultats de l’expérience AMS-02 pourraient lever un coin du voile...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *