Rosetta : toutes les images et données de la mission sont disponibles dans les archives de l’ESA

Toutes les images en haute-résolution capturées par Rosetta lors de son odyssée dans l’espace et autour du noyau de la comète 67P/Tchouryumov-Gerasimenko, surnommée Tchouri, et ainsi que toutes les données collectées par ses différents instruments au cours de sa mission historique sont désormais intégralement accessibles dans les archives de l’ESA (à explorer ici). Pour l’occasion, l’Agence spatiale européenne a concocté un chef-d’œuvre de près de 3 minutes montrant les survols des dernières semaines de la comète.

Un montage à la fois superbe et teinté d’émotion car ces images nous font revivre, en haute-résolution, les derniers moments de la mission. Le 30 septembre 2016, en effet, Rosetta concluait son long et passionnant périple en se posant — ou plutôt s’écrasant — sur la surface glacée de l’astre qu’elle avait épié sans relâche et avec brio durant deux années entières (de début août 2014 à la fin septembre 2016). Elle en avait fait alors du chemin (dans le Système solaire) en compagnie de Tchouri. D’ailleurs, les scientifiques n’ont pas fini de dépouiller toutes les données que la sonde nous a transmises. Et « il y a certainement encore beaucoup à découvrir et plein de mystères », comme l’a déclaré Matt Taylor, membre de la mission à l’ESA. La comète est en quelque sorte un coffre vieux de plus de 4,5 milliards d’années rempli d’informations sur les origines du Système solaire, et donc sur nos origines.

Saurez-vous retrouver Philae sur cette image prise par Rosetta un mois avant la fin de sa mission ? — Crédit : ESA, Rosetta, MPS for OSIRIS Team MPS, UPD, LAM, IAA, SSO, INTA, UPM, DASP, IDA (CC by-sa 4.0)

Des détails stupéfiants de la surface de la comète

Dans cette vidéo, on peut admirer les paysages de la comète avec des détails stupéfiants. Sa surface granuleuse où sont éparpillés des cailloux et aussi de la glace, les éboulements de rochers dont certains même semblent au bord du vide, les craquelures dans ses parois, etc. Et rappelons que, bien que tout semble parfois bruler par la lumière du Soleil, le noyau cométaire est en réalité aussi sombre que le charbon.

La deuxième partie de la vidéo nous emmène au-dessus de la région où la sonde va reposer pour toujours. Ce sont ses dernières heures que l’on peut voir en accéléré… Quant à l’image finale, elle a été reconstruite à partir de la dernière transmission des données de télémétrie. Rosetta était alors à 20 m du point d’impact.

Au cours de ses deux derniers mois, Rosetta était sur une orbite elliptique qui la rapprochait jusqu’à deux kilomètres du sol. L’équipe en avait d’ailleurs profité pour rechercher Philae, le fameux petit robot qui avait accompagné la sonde depuis la Terre et fut un peu perdu de vue après son atterrissage rocambolesque sur la comète. Les images de Rosetta ont pu confirmer l’emplacement où il se cachait… à l’ombre d’un rocher.

Désormais, Rosetta ne répond plus, endormie pour toujours sur le dos de la comète. Celle-ci vogue actuellement vers le point le plus éloigné de son orbite, à un milliard de kilomètres du Soleil.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018 Xavier Demeersman
Tags from the story
, , , ,
More from X. Demeersman

Plus de 100 milliards d’exoplanètes dans notre galaxie !

D’après une étude statistique établie après 6 ans de recherche, il y...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *