Probable première observation d’un trou noir intermédiaire

Black Hole ESO 243-49 HLX-1

Une équipe d’astrophysiciens a peut-être observé pour la première fois un trou noir intermédiaire. Il serait le transfert d’une galaxie naine, à présent digérée, vers la galaxie ESO 243-49.

De récentes observations d’une remarquable source de rayonnement x émises depuis la galaxie ESO 243-49, à environ 290 millions d’années-lumière de nous, suggèrent qu’un trou noir de type intermédiaire s’y cache. Ce serait l’un des tout premiers jamais observé.

Les astrophysiciens soupçonnaient leur existence depuis longtemps, surveillant de prés une poignée de candidats éparpillés dans différentes galaxies mais aucun cas n’a été confirmé. Les trous noirs en question sont qualifiés d’intermédiaire car leurs masses les place entre la catégorie des “poids légers”, les trous noirs stellaires (quelques masses ou dizaines de masses solaires) et la catégorie des “poids lourds”, les trous noirs supermassifs ou hypermassifs tapis au centre des galaxies (quelques millions voire quelques milliards de fois la masse de notre modeste étoile, le Soleil !). En quelque sortes des “poids moyens” de quelques milliers de masses solaires à l’instars du très surveillé HLX-1 (Hyper Luminous X-ray source-1).

Ce dernier occuperait une place à part dans la galaxie ESO 243-49. Loin du centre galactique, il campe, avec ses 20 000 masses solaires estimées, en bordure de la galaxie. Les observations menées dans plusieurs longueurs d’onde et différents télescopes spatiaux suggèrent et la présence d’un amas ouvert (essaim de jeunes étoiles) et celle d’un disque d’accrétion flamboyant ! Les étoiles semblent, en effet, venir s’abimer autour de “l’horizon des événements” du trou noir, s’éffilochées et détricotées avec ardeur …

L’équipe de chercheurs voient dans l’émergence de l’amas ouvert, il y a vraisemblablement 200 millions d’années, l’indice de la rencontre d’une galaxie naine avec celle désigné sous le nom de ESO 243-49. Par compression et effets de marée, le gaz localement bousculé a permis la germination de plusieurs centaines d’étoiles. L’ensemble est observable sur l’image ci-dessus, petite tache bleutée à gauche du bulbe galactique. Naturellement invisible, le trou noir présumé intermédiaire s’est toutefois distingué sur les images acquises dans le rayonnement x par le puissant disque d’accrétion et la grappe d’étoiles qui semblent l’entourer, occupant un volume estimé à environ 250 années-lumière de diamètre.

Afficher et/ou télécharger l’image en haute résolution (4 Mb).

Source : Hubble.

Crédit photo : ESA/NASA/Hubble.

More from X. Demeersman

Un astéroïde frolera la Terre le 29 janvier

L’astéroïde 2007 TU24 découvert récemment, le 11 octobre 2007, passera au plus...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *