Portrait de l’amas globulaire M55 par le télescope VISTA

m55 par vista
Messier 55 photographié dans l'infrarouge par le télescope VISTA

Le télescope VISTA livre un portrait de l’amas globulaire Messier 55, l’un des plus proche de nous.

Installé au sommet du Mont Paranal (2 700 mètres d’altitude), à quelques pas de l’immense complexe du VLT (Very Large Telescope), VISTA (Visible and Infrared Survey Telescope for Astronomy) est un géant de 4,1 mètres qui sonde l’univers dans le rayonnement visible et infrarouge.

Sa dernière “pépite” publiée par l’ESO (European Southern Observatory) est l’amas globulaire Messier 55. Comme en témoigne l’image ci-dessus, d’innombrables étoiles se serrent dans un espace confiné, d’environ 100 années-lumière de diamètre. Une petite communauté en forme de pelotes qui rassemble pas moins de 100 000 étoiles. Comme tous les amas globulaires, M55 est peuplé d’étoiles âgées en moyenne de 10 milliards d’années. L’Univers était encore jeune à leur naissance et pauvre en élément plus lourds que l’hydrogéne et l’hélium. L’étude de leurs spectres révèlent en effet de faibles quantités d’oxygène, d’azote, de carbone, etc. Ce qui n’est pas le cas des générations suivantes, comme celle à laquelle appartient notre Soleil. On doit notre existence et celle des planètes, à l’abondance de ces éléments dans la nébuleuse primitive solaire.

Messier 55 – également NGC 6809 – a été observé pour la première fois en 1752 par l’Abbé Nicolas-Louis de Lacaille, en voyage en Afrique du Sud. Charles Messier l’a, quant à lui, ajouté à son célèbre catalogue en 1778. Distant de 17 000 années-lumière, il est l’un des amas les plus proches de nous sur les 160 connus des astronomes. Installé dans la constellation du Sagittaire, il est relativement facile à débusquer dans une paire de jumelle. Il occupe dans le ciel une superficie équivalent au deux tiers de la Lune. Dans un lunette astronomique ou un petit télescope, il ne déçoit pas l’observateur. On peut admirer le grain ou piqué d’une fraction de ses étoiles. Il y a un inconvénient tout de même : sa présence dans le Sagittaire l’empêche de grimper très haut dans le firmament. Sous nos latitudes (plus ou moins 45 ° N), il n’est pas rare qu’il soit estompé par la brume.
Cela étant, les caméras de VISTA n’ont pas rencontré ces difficultés pour réaliser cet impressionnant portrait. On peut compter des milliers d’étoiles individuellement. En égrainant l’amas, on devine de lointaines galaxies dispersées à l’arrière-plan. Sur ses flancs et aussi à travers, malgré la forte densité de population stellaire.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xqrx2v_zoom-vers-l-amas-globulaire-m55_tech[/dailymotion]

Comme toujours, c’est plein écran et en haute résolution que l’on goute à toute la beauté de ce proche amas globulaire. Afficher et/ou télécharger l’image en haute résolution (6 Mb). Version “zoomable ».

Situez l’amas globulaire M55 avec WikiSky.

Crédit photo : ESO.

Tags from the story
, , ,
More from X. Demeersman

Vénus et la Lune photographiées en plein jour

Très belle image d’un croissant de Lune en compagnie de la planète...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *