Pluton serait née de l’agglomérat d’un milliard de comètes

Portrait de Pluton par New Horizons réalisé lors de son survol historique en juillet 2015 -- Crédit : NASA, SwRI, JHUAPL
Des chercheurs proposent un nouveau scénario pour la formation de Pluton.

New Horizons et Rosetta, deux des plus grandes missions spatiales des années 2010-2020 vont peut-être permettre (ou ont permis) aux planétologues d’élucider le mystère des origines de Pluton. Lors de son survol historique en juillet 2015, on s’en souvient, la première nous a dévoilé le visage de la planète naine, située aux confins du Système solaire, à plus de 4,5 milliards de km du Soleil. Plus près de nous, la seconde — avec la contribution de Philae — a accompagné une comète venue des profondeurs du Système solaire lors de son passage dans les parages du Soleil. Toutes deux nous ont transmis des pluies de données (images, mesures, etc.) sur ces deux astres. Deux astres glacés.

Dans un article publié dans la revue Icarus, des chercheurs avancent l’hypothèse que l’ex-neuvième planète Pluton serait née de la rencontre de comètes. Des comètes justement, au profil semblable à celui de Tchouri — espionnée par Rosetta durant deux ans —, proposent-ils après avoir mené l’enquête sur la fameuse plaine Spountik, l’immense étendue de glace d’azote qui compose la moitié gauche du cœur qu’arbore Pluton.

surface de Pluton
La surface de Pluton, centrée sur la plaine Spoutnik (riche en glace d’azote, de méthane et de monoxyde de carbone) laquelle représente le « ventricule » gauche du cœur alias la région Tombaugh. Image composite prise en haute résolution avec le spectromètre Ralph/MVIC (bleu, rouge et infrarouge), le 14 juillet 2015

« Nous avons trouvé une cohérence intrigante entre la quantité estimée d’azote à l’intérieur du glacier et la quantité attendue si Pluton était formée par l’agglomération d’environ un milliard de comètes ou d’autres objets de Kuiper à la composition chimique similaire à 67P, a déclaré Chris Glein qui a dirigé l’équipe. Notre recherche suggère que la composition chimique initiale de Pluton, héritée des blocs de construction cométaires, a été chimiquement modifiée par l’eau liquide, peut-être même dans un océan souterrain » continue le professeur au Southwest Research Institute (SwRI).

C’est avec le « giant comet cosmochemical model of Pluto formation », comme ils l’ont appelé, qu’ils sont arrivés à cette conclusion. Un modèle concurrent désormais du « solar model » lequel postule que la planète naine s’est formée de glaces plus anciennes dont la composition chimique est proche de celle de notre étoile. Lequel des deux a raison ? Nous le découvrirons peut-être dans un prochain épisode.

En attendant New Horizons fonce tout droit vers 2014 MU69 alias Ultima Thulé, un objet de Kuiper dont elle nous offrira le portrait inédit.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018 Xavier Demeersman
Tags from the story
, , ,
More from X. Demeersman

Cassini a survécu à son premier passage entre Saturne et ses anneaux, premières images

Le premier passage de Cassini entre Saturne et ses anneaux s’est déroulé...
Read More

1 Comment

  • Pour ma part, je pensais que toutes les planètes de notre Système Solaire étaient formées de la même manière, agglomération de reste de la ceinture de Kuiper. Seule chose qui différencie les planètes est les matières principales au moment de leur formation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *