Pluies printanières sur Titan

temête sur Titan
Formation d'une tempête à l'équateur sur Titan (cliquez pour agrandir)

Publiée récemment dans la revue Science, une étude rapporte des observations de pluies printanières à la surface de Titan.

C’est autour de la géante Saturne que l’on rencontre le deuxième plus gros satellite naturel de notre système solaire, Titan. C’est le seul, soulignons-le, à posséder à une véritable atmosphère qui, d’ailleurs, fait l’objet de diverses spéculations (astronomiques, biologiques, chimiques, etc.) depuis de nombreuses années.
Il n’est pas inutile de rappeler que le vaisseau Cassini (qui continue d’explorer Saturne et ses multiples mondes) avait largué en 2005 le module Huygens, chargé d’étudier son atmosphère.

 

Pluies sur Titan
Pluies importantes de méthane liquide observées à la surface de Titan (cliquez pour agrandir)

Le passage récent (2009) au printemps a entrainé d’importantes modifications météorologiques à la surface de la planète géante. L’une de ses manifestations les plus spectaculaire est l’apparition puis le développement d’une vaste tempête dans l’hémisphère nord.
Sur Titan aussi, le changement de saison laisse des traces visibles depuis plusieurs mois. En effet, une grande tempête de couleur blanche a également été repérée. Cassini est le seul témoin de ce phénomène, l’observation demeurant hors de portée des instruments terrestres.
Au fil des mois, les chercheurs ont remarqué que le sol s’était tâché de noir, probablement du méthane liquide déversé par les nuages. Des précipitations survenues dans une zone connue pour être aride.
Malgré un ensoleillement plus important et des modifications sensibles de températures, celles-ci demeurent très basses, autour de – 180° C, ce qui exclut des averses d’eau liquide. Connue pour posséder un cycle du méthane et de l’éthane au même titre que celui de l’eau, il apparait que ces pluies d’avril (avril si on fait un parallèle avec les saisons terrestres !) sont composées de méthane à l’état liquide.

Saturne met un peu moins de 30 ans pour graviter autour du Soleil, à une distance moyenne de 1,3 milliards de kilomètres. De fait, les saisons se succèdent non pas tous les 3 mois (Terre) mais tous les 7 ans environ ! Il faudra encore patienter plusieurs années avant l’arrivée de l’été !

A voir : galerie photo de la tempête printanière de Titan.

Source : Site officiel de la NASA et du JPL de Cassini.

Crédit photo : NASA/JPL/Space Science Institute.

Tags from the story
, , , , ,
More from X. Demeersman

Une nouvelle grande tâche rouge serait en formation sur Jupiter

Il semblerait qu’une nouvelle grande tâche rouge (Big Red Spot) se forme...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *