Observation directe d’une exoplanète en mouvement

La planète géante Beta pictoris b
Illustration de la planète géante Beta pictoris b autour de son étoile (cliquez pour agrandir)

Une équipe d’astronome a suivie et photographiée au fil des années les mouvements d’une exoplanète géante autour de la très jeune étoile Beta Pictoris, située à 60 années-lumière de nous.

Depuis plusieurs années, la jeune étoile Bêta Pictoris retient beaucoup l’attention des astronomes en quête d’exoplanètes. Cette étoile qui appartient à la constellation du Peintre, s’est formée il y a environ 12 millions d’années. Autour d’elle, un vaste nuage de gaz et de poussières qui est scruté par les plus grands télescopes du monde. L’astrophysicienne Anne-Marie Lagrange, familière de l’étoile et de son environnement proto-planètaire, ainsi que son équipe ont poursuivi leur traque de planètes géantes entamée il y a quelques années (lire « Découverte d’une exoplanète autour de Beta Pictoris »). Leurs travaux récents, appuyés par les images obtenues avec l’optique adaptative NACO du Very Large Telescope (VLT), montrent les mouvements d’une planète géante et gazeuse autour de son étoile hôte. Une « super-Jupiter » nommée, pour l’instant, Beta Pictoris b, qui possède une masse équivalent à neuf fois celle de Jupiter. Les chercheurs ont calculés qu’elle se situe à une distance semblable à celle qui sépare Saturne du Soleil, entre 8 et 15 Unités Astronomiques (1 UA = la distance moyenne entre la Terre et le Soleil soit 150 millions de km).

Nul doute que les instruments du futur renseigneront davantage encore les astronomes sur l’atmosphère de cette très jeune planète géante et de l’ensemble du système planétaire en formation. 12 millions d’années, cela est très peu à l’échelle du temps cosmique. «Puisque l’étoile est très jeune, nos résultats montrent que les planètes géantes gazeuses peuvent se former dans les disques en seulement quelques millions d’années.», déclare la directrice de recherche au CNRS, Anne-Marie Lagrange. Que des planètes puissent surgir du disque de poussière dans un laps de temps si court fascine les chercheurs. Le cas de Bêta Pictoris b démontre que cela est possible.

Beta Pictoris b est une des premières observations directes d’une exoplanète massive dans un système planétaire embryonnaire situé à 60 années-lumière de nous. Sur l’image ci-dessous, l’étoile-hôte Bêta Pictoris, 1,75 fois plus massive que le Soleil est masquée afin de mieux mettre en évidence l’objet en mouvement suivi depuis quelques années. Une occultation récente par son étoile l’avait fait provisoirement disparaître des écrans.

Mouvements de l'exoplanète Beta Pictoris b
Beta Pictoris b photographiée par le VLT (cliquez pour agrandir)

En vidéo, représentation graphique du proto-système extrasolaire autour de la jeune étoile Bêta Pictoris.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=n-zw5Q-c6f4[/youtube] [youtube]http://www.youtube.com/watch?v=LLMshvJNhwo[/youtube]

En savoir plus, le communiqué de presse de l’Observatoire de Paris.

Crédit photo, illustration et vidéo : ESO, A. M. Lagrange et L. Calçada.

More from X. Demeersman

Collision violente dans le groupe local de galaxies il y a 6 milliards d’années

Des chercheurs de l'Observatoire de Paris ont voulu reconstituer une partie de...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *