Etrange nuage de gaz autour d’une des plus grosses étoile jamais observée

Westerlund1_VST
Télécharger l’image en haute résolution (7,1 Mb) ici.

Image très détaillée acquise avec le VST d’un essaim d’étoiles massives à 16 000 années-lumière. W26 est cas rare et impressionnant nimbé de gaz ionisé.

Voici un amas ouvert méconnu nommé Westerlund 1 (du nom de son découvreur l’astrophysicien Bengt Westerlund qui le débusqua en 1961). Distant de 16 000 années-lumière de nous en direction de la constellation australe de l’Autel (Ara), il contient des centaines d’étoiles jeunes, brillantes et très massives. L’image est extraite d’un grand sondage de la Voie Lactée mené avec le VLT Survey Telescope (VST), puissant télescope installé au sommet du Mont Paranal (Chili) à l’ombre des géants VLT (Very Large Telescope). D’ordinaire, difficile à observer à cause des épais nuages de gaz et de poussières qui les nimbent, l’essaim est peuplé d’individus stellaires âgés de seulement quelques millions d’années. Autrement dit, des bébés quand on les compare avec notre Soleil (certes moins massif) lequel est, âgé de quelques 4,5 milliards d’années, à mi-vie !

Cependant, plusieurs cas sont (déjà) sur le déclin. L’exemple le plus expressif et impressionnant est W26, une étoile que l’on remarque aisément sur l’image car revêtue de vert. Malgré les apparences (encore une fois trompeuse), il s’agit d’une supergéante rouge et probablement de la plus grosse étoile connue à ce jour … La présence d’une auréole de nuages d’hydrogène surprend beaucoup les astronomes. Cela reste extrêmement rare surtout autour d’une étoile de cette catégorie. Pour expliquer ce vert luisant (sic), les chercheurs excluent l’étoile (trop froide) comme source et préfèrent chercher d’éventuels compagnons alentours. Bien que plus petits, ils seraient beaucoup plus chauds. Seul ou en nombre.

Cette observation n’est pas sans leur rappeler la fascinante supernova SN 1987A, elle aussi enrobée d’un pareil manteau de gaz. Depuis celle de 1604 (surnommée supernova de Kepler, SN 1604), cette dernière demeure à ce jour la plus proche de nous à avoir jamais été observée (qui plus est avec des instruments modernes ; c’était en 1987 et les observations continuent …). Loin d’être une voisine, elle est située au sein du Grand Nuage de Magellan à environ 170 000 années-lumière de la Terre !
Beaucoup plus proche, W26 représente une cible inattendue (et prometteuse) pour qui veut étudier les processus qui préludent à une explosion comme la perte significative de ses couches externes de gaz. Un pas de plus dans la compréhension de la fin violente de ces étoiles, poids-lourds des galaxies.

Crédit photo : ESO/VPHAS+ Survey/N. Wright.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2013 Xavier Demeersman
Tags from the story
, ,
More from X. Demeersman

Curiosity : superbe panorama de Mars et un nouveau selfie

Curiosity nous a envoyé un nouveau selfie. Il vient d’être réalisé sur...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *