Un nuage de gaz fonce sur la Voie lactée

Dans le ciel, le « nuage de Smith » occupe une surface équivalente à 30 Pleine Lune — Crédit : NASA, ESA, Z. Levay ( STScI )

Un nuage de gaz éjecté de la Voie lactée est de retour.

Les nuages d’hydrogène sont sans doute nombreux dans le voisinage de notre galaxie. Parmi eux, il en est un dont la trajectoire est désormais bien connue. Il se nomme « nuage de Smith » en référence à sa découvreuse Gail Smith qui l’a identifiée dans le domaine radio au cours des années 1960. Arborant la silhouette d’une comète, il s’étend sur plus de 11 000 années-lumière en longueur et 2 500 années-lumière en largeur. S’il nous était possible de le distinguer dans le visible, on le verrait occuper un espace équivalent à 30 fois la Pleine Lune dans le ciel.

Après avoir quitté la Voie lactée, il y a environ 70 millions d’années, de récentes recherches montrent qu’il est en train de revenir vers nous, tel un boomerang, à plus d’un million de kilomètres par heure. À cette vitesse, il devrait rencontrer la matière interstellaire dans quelque 30 millions d’années. Dans la bousculade, le nuage va y laisser quelques plumes : assez de matière pour permettre l’éclosion de deux millions d’étoiles d’une masse équivalente à celle du Soleil.

Mais au fait, d’où vient ce « nuage de Smith » ? S’agit-il du fantôme d’une galaxie, dépouillée de toutes ses étoiles ? Ou d’un simple nuage intergalactique en déshérence… ? Pour en savoir plus, une équipe d’astronomes a étudié sa composition chimique en observant à travers lui trois noyaux de galaxies lointaines dans le rayonnement ultraviolet avec le télescope spatial Hubble. Les astronomes se sont particulièrement concentrés sur les traces de soufre, car celui-ci est un bon indicateur de la présence de divers éléments lourds. De cette façon, les enquêteurs ont pu remonter jusqu’à son milieu d’origine : la Voie lactée. Plus exactement, du disque externe, situé à 40 000 années-lumière du centre galactique et environ 15 000 de notre Système solaire. De nouvelles questions se posent à présent : qu’est-ce qui a catapulté ce nuage en dehors de la galaxie… L’énigmatique matière noire aurait-elle quelque chose à y voir ?

Trajectoire du "nuage de Smith"  — Crédit : NASA, ESA, A. Feild (STScI)

Trajectoire du « nuage de Smith » — Crédit : NASA, ESA, A. Feild (STScI)

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2016 Xavier Demeersman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *