New Horizons : nouvelles images de Pluton, l’autre planète rouge

Pluton le 3 juillet
Image couleur de Pluton créée à partir de celle prise par le télescope Lorri de New Horizons, associée aux données obtenues avec l’instrument Ralph, quelques jours auparavant. Les grandes taches sombres visibles en bas chevauchent l’équateur de la planète naine. De nouveaux détails sont apparus au-dessus de cette région, à mesure que la sonde se rapproche
pluton rotation
Pluton en noir et blanc et couleur acquise par deux des sept instruments de New Horizons — images prises deux semaines avant le rendez-vous historique du 14 juillet : survol inédit

Une autre planète rouge avec une ceinture noire… Pluton photographiée par New Horizons, les 1er, 2 et 3 juillet. On commence à mieux distinguer les étranges structures sombres qui ceinture la planète naine au niveau de son équateur. Une visite inédite qui nous réserve plein de surprises.

Après plus de neuf années de voyage depuis la Terre, nous voici aux portes de Pluton (nom latin d’Hadès, dieu des Enfers et des mondes souterrains). Dans moins d’une semaine, nous découvrirons enfin, avec un niveau de détails inégalé, la surface de cette planète naine d’environ 2.300 km de diamètre, découverte en 1930. Les chercheurs espèrent aussi trouver des réponses à leurs nombreuses questions sur ce système double (Pluton-Charon) : leurs reliefs, atmosphère, éventuels anneaux, sans oublier leurs curieux petits satellites naturels

Depuis plusieurs mois, nous découvrons progressivement la surface de Cérès, la première planète naine visitée par une sonde spatiale, et nous avons fait connaissance avec ses multiples taches blanches et brillantes de nature encore inconnue. À présent que nous nous rapprochons de Pluton à travers les yeux de New Horizons, d’étranges taches sombres à la surface de ce monde lointain nous intriguent.

Voici les trois dernières images transmises par la sonde avant que celle-ci ne rencontre une panne informatique qui, fort heureusement, a été résolue et n’affecte pas la mission. Elles ont été prises entre le 1er et le 3 juillet avec le télescope LORRI (Long Range Reconnaissance Imager), respectivement à 14,9 puis 8,3 et enfin 7,8 millions de km de cet astre méconnu.

Pluton le 1,2 et 3 juillet
Pluton photographiée entre le 1er et le 3 juillet avec le télescope Lorri de New Horizons. Le graphique en dessous précise la position de l’équateur de cette planète naine. On distingue une bande sombre tout au long qui se fragmente en grosses plaques (image de droite). La sonde spatiale survolera le 14 juillet la région claire qui est visible sur la partie droite de la première image

Les images ont été traitées par déconvolution, une technique fiable qui permet d’entrevoir les grandes structures qui affleure sur la planète naine. L’aspect dentelé visible sur le bord du globe est dû à ce procédé. La Nasa indique que lorsque la sonde spatiale sera au plus près de Pluton, elle survolera les régions qui figurent à droite de la première photo, une surface claire qui contraste avec la bande sombre remarquée tout le long de son équateur.

Comme on peut le constater sur l’image de droite, cette ceinture s’interrompt en une sorte de pointillés ou tirets de quelques centaines de kilomètres chacun. Repérée fin juin, cette série de taches en apparence régulière intrigue autant l’équipe scientifique que les formes d’aspect grumeleuses situées juste au-dessus, qui sont alternativement brillantes et sombres. Ajoutons aussi que pour l’instant, « nous n’avons pas de cratères d’impact confirmés » a indiqué le responsable scientifique de la mission, Alan Stern (Southwest Research Institute). Ce qui suggère une surface soumise à des transformations plus ou moins régulières et récentes, en dépit d’une distance de notre Étoile, 32 fois supérieure à celle qui sépare la Terre du Soleil. Beaucoup d’énigmes attendent New Horizons et ses sept instruments.

carte de Pluton
Une nouvelle de Pluton créée à partir des données de Lorri et Ralph, 2 des 7 instruments de New Horizons. La région claire au centre sera survolée par la sonde spatiale le 14 juillet prochain

Une baleine et un donut !

Le 7 juillet, la Nasa a publié une carte composite de Pluton acquise avec les instruments LORRI et RALPH, entre le 27 juin et le 3 juillet. Bien entendu, la résolution ne permet pas encore d’appréhender distinctement les paysages de ce petit monde lointain, mais c’est un aperçu de ce qui attend la sonde dans quelques jours.

Au centre figure la région que survolera New Horizons le 14 juillet. Vaste de quelque 1.600 km, il s’agit de l’étendue la plus claire de Pluton. Il est probable que ce soit constitué de dépôts relativement récents de méthane, d’azote et de monoxyde de carbone gelé…

À gauche de cette région centrale, on reconnait « la Baleine », la bande sombre évoquée plus haut qui longe l’équateur sur environ 3.000 km. À l’extrême gauche de celle-ci, au niveau de la « queue », on distingue une formation circulaire que les Américains ont d’ores et déjà nommée « donut ». Cela pourrait être un cratère ou un volcan, mais les chercheurs de la mission préfèrent attendre les images plus détaillées des prochains jours avant de se prononcer. Dans la moitié droite de la carte, on retrouve les quatre intrigantes taches sombres. Elles rejoignent la « queue » de la « Baleine ».

« Il est facile d’imaginer que nous voyons des formes familières dans cette étrange collection de reliefs clairs et sombres » commente John Spencer (Southwest Research Institute), chef adjoint de l’équipe de l’imagerie, géologie, et géophysique de la sonde. « Cependant, il est encore trop tôt pour savoir de quoi il s’agit vraiment. »

Les observations scientifiques ont repris le 7 juillet, en fin de journée. Puisque la sonde était alors à 8 millions de km, Pluton devrait apparaitre 1,6 fois plus grande sur les images d’une résolution trois fois supérieure !

pluton et charron, système double
La danse de Pluton et Charron (en vraie couleur) — images prises entre le 23 et le 29 juin 2015 — on distingue les quatre taches sombres sur l’équateur de la planète naine

Crédit photos : NASA, JHUAPL, SWRI

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2015 Xavier Demeersman
More from X. Demeersman

L’énigme des supernovae rapides résolue grâce à Kepler ?

Scrutant des dizaines de milliers d’étoiles en continu et durant plusieurs mois...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *