L’impact sur Jupiter en 2009 aurait été causé par un astéroïde

Impact sur Jupiter en 2009
Impact sur Jupiter en 2009

L’impact observé à la surface de Jupiter en juillet 2009 aurait été causé par « un astéroïde de la taille du Titanic », annoncent des chercheurs.

La grande « plaie » qui fut visible à partir du 19 juillet 2009 à la surface de Jupiter résulterait de l’impact d’un « astéroïde de 200 à 500 mètres de long. C’est ce que concluent les articles publiés à ce sujet dans la revue scientifique Icarus (International Journal of Solar System Studies).

Jupiter Impact
Différentes observations de la plaie causée par l'impact de l'astéroïde

L’étude des variations de la température et des signatures chimiques émises par les débris dans la stratosphère de la planète géante (à environ 42 km sous la surface) indiquent une élévation de 3 à 4 Kelvin. Une modification suffisante qui trahit un dégagement d’énergie relativement important (évalué à 5 milliards de tonnes de TNT !). Pour les chercheurs, il ne peut s’agir que d’un astéroïde dont la taille était équivalente à celle du Titanic.
Les comètes furent longtemps soupçonnées d’être les principales victimes des perturbations gravitationnelles provoquées par la planète la plus massive du système solaire. A présent, les travaux des équipes de chercheurs, suggèrent que les astéroïdes, corps plus denses et massifs, sont aussi des proies nombreuses et régulières, à l’instar des comètes.

En comparant ces observations récentes menées dans l’infrarouge, dès les premières heures qui ont suivi l’impact (l’astronome amateur A. Wesley fut le premier à remarquer la trace de l’impact) avec celles qui ont été réalisées lors de la chute de la comète Shoemaker-Lévy 9 en 1994, les panaches différent en certains points, notamment dans l’abondance d’hydrocarbures et les carences en monoxyde de carbone, lors de l’événement de 2009. Ces caractéristiques démontrent qu’il ne s’agit pas d’une comète qui a pénétré l’atmosphère de Jupiter.
Rappelons que les comètes sont des corps peu denses, essentiellement composés de glaces d’eau, de roches et de poussières.

Fort heureusement pour nous, les astéroïdes de cette taille ont une probabilité de rencontrer notre planète une fois tous les 100 000 ans en moyenne !

Source : NASA.

Crédit photo : NASA/IRTF/JPL-Caltech/University of Oxford


Tags from the story
More from X. Demeersman

Nombreuses régions actives à la surface du Soleil

Ci-dessus, la photosphère solaire aujourd’hui. Les taches sont nombreuses a marqué la...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *