Les nuages froids de la nébuleuse de la Carène

CoolCloudsOfCarina APEX

Les observations dans les longueurs d’onde submilimétrique menées avec le télescope APEX révèlent des extensions de matière froide à la grande nébuleuse de la Carène.

Visible dans le ciel austral, la nébuleuse de la Carène est une des matrices d’étoiles les plus importantes et active de notre galaxie. Distante de de 7 500 années-lumière, elle s’étend sur plus de 150 années-lumière ! En son sein sont lovées les étoiles parmi les plus massives connues (lire « Portrait de l’étoile WR22 »). Eta Carina en est la figure de proue : 100 fois plus massive que le Soleil, elle est l’astre le plus lumineux qui règne au coeur de la nébuleuse. Cela signifie aussi que son espérance de vie est largement inférieure à celle d’une étoile plus modeste comme le Soleil (une naine jaune qui peut briller durant 10 milliards d’années !). Dans moins d’un million d’années, Eta Carina devrait exploser en supernova à l’instar des camarades monstrueux qui se sont formés dans cette région.

Le télescope APEX (Atacama Pathfinder Experiment) installé sur le plateau de Chajnantor dans la Cordillère des Andes, à proximité du site où est actuellement assemblé ALMA, permet de révéler les régions froides tissées dans le milieu interstellaire. La sensibilité dans les longueurs d’onde submilimétrique du télescope a mis en évidence des nuages froids (en orange) essentiellement composés de poussière et d’hydrogène, impossibles à remarquer dans le visible.
En filigrane, la même région – la nébuleuse de la Carène – photographiée dans le visible.

Les chercheurs étudient les connections entre ces nuage froids (- 250° C) et la matière qui entoure les étoiles jeunes. Par ailleurs, celles-ci ne manquent pas d’influencer la dynamique dans les nuages moléculaires par leur rayonnement important. Les étoiles massives qui explosent violemment après quelques millions ou dizaines de millions d’années de vie propagent des ondes de choc qui compriment le gaz, augmente ainsi la densité et provoque la naissance d’étoiles par effondrement du nuage. Un scénario analogue a vraisemblablement prévalu à la naissance de notre Soleil. Observer cette histoire qui se répéte dans d’autres recoins de la galaxie, aide les chercheurs à mieux cerner la génése de notre systéme solaire.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=H1Z-HKKbSvU[/youtube]

Crédit photo : ESO/APEX/T. Preibisch et al. (Submillimetre) et N. Smith, University of Minnesota/NOAO/AURA/NSF (Optical).

Tags from the story
, , , ,
More from X. Demeersman

La présence de méthane sur Mars encore inexpliquée

Les concentrations de méthane observées localement sur Mars n’ont pas encore trouvées...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *