Les jeunes étoiles massives sont aussi entourées d’un disque de poussière

Grâce à la lumière combinée de plusieurs télescopes de l'ESO, des chercheurs ont pu étudier avec beaucoup de précision une étoile massive sur le point de naître et le disque de matière qui l'entoure. Leurs recherches montrent que ces étoiles se forment de la même façon que leurs homologues de plus faible masse.
Disque de gaz autour d'une étoile massive
Illustration du disque de gaz qui entourre une très jeune étoile massive (cliquez pour agrandir)

Grâce à la lumière combinée de plusieurs télescopes de l’ESO, des chercheurs ont pu étudier avec beaucoup de précision une étoile massive sur le point de naître et le disque de matière qui l’entoure. Leurs recherches montrent que ces étoiles se forment de la même façon que leurs homologues de plus faible masse.

A plus de 10 000 années-lumière de nous, dans la constellation du Centaure, une étoile massive va bientôt naître. Encore enrobé de la matière « maternelle », enveloppé dans son cocon, l’objet IRAS 13481-6124 a atteint sa taille définitive, 20 fois supérieure à celle de notre étoile ! Une « pré-étoile » massive d’une luminosité 30 000 fois plus importante que celle du Soleil ! Progressivement, les vents puissants émis par l’étoile toute jeune chassent le vaste disque de gaz qui l’entoure.

Image du disque de poussière entourant l'étoile massive
Image du disque de poussière entourant l'étoile massive

En procédant par interférométrie, les astronomes ont observé avec une précision inégalée, voire « diabolique », le nuage qui enveloppe la jeune étoile. Le responsable de ces recherches, Stefan Kraus relève que : « c’est la première fois que nous pouvons prendre une image de la région interne d’un disque autour d’une étoile massive. » Ajoutant : « Nos observations montrent que la formation se passe de la même manière pour toutes les étoiles, quelle que soit leur masse. » Les astronomes ont observé que le disque de matière s’étend sur plus de 130 Unités Astronomique (1 UA = 149 millions de km), soit 130 fois la distance entre la Terre et le Soleil. Il apparait que l’éclosion de cette étoile massive se déroule de la même façon que des étoiles moins importantes, de type solaire par exemple. Sa formation aurait commencé il y a environ 60 000 ans.

La technique de l’interférométrie employée par les astronomes associe la lumière captée par plusieurs télescopes de l’ESO, de sorte à créer un télescope virtuel de 85 mètres de diamètre ! La résolution atteinte est de 2,4 millisecondes d’arc, 10 fois supérieure à celle des derniers télescopes spatiaux dans le visible. Aussi, cette performance permettrait-elle de distinguer la tête d’une vis fixée sur la Station Spatiale Internationale (ISS) ! Ce programme appellé VLTI a sollicité 3 télescopes de 1,80 mètres de diamètre et l’instrument AMBER. Les données obtenues ont été recoupées avec celles du télescope NTT de l’observatoire de La Silla. Les observations faites dans l’infrarouge dans le passé avec le télescope spatial SPITZER (voir l’image réalisée par Spitzer) ont également été mise à contribution, ce qui offre aux astronomes une perspective complémentaire sur l’évolution de l’étoile massive.

Les astronomes prévoient de réaliser de nouvelles observations avec le futur radiotélescope Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA) pour mieux appréhender la structure interne du nuage et comprendre la formation de ces étoiles.

En vidéo, zoom vers l’étoile massive IRAS 13481-6124.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=k-VtU5YQmvw[/youtube]

Télécharger l’image en haute-résolution (2,2 Mb).

Source : ESO.

Crédit photo : ESO/L. Calçada/M. Kornmesser.

[amazon-product align= »center » region= »fr » tracking_id= »lecosm-21″]2130489680[/amazon-product]
More from X. Demeersman

Première victime de l’histoire de la chute d’une météorite ?

Le 6 février 2016, une explosion à Natrampalli, en Inde, a fait...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *