Les jets de plasma chaud observés avec le satellite Hinode

Soleil rayon xObservation de la couronne solaire et de la formation du vent solaire par le satellite Hinode.

Pour mieux comprendre les phénomènes en action dans l’atmosphère de notre étoile, les astronomes ont fait appel aux instruments beaucoup plus sensibles de ce satelitte de construction européenne, américaine et japonnaise et tentés d’observer les vagues d’Alfvén à sa surface.

« Dans l’atmosphère solaire, les vagues d’Alfvén
sont créées quand les mouvements convecteurs et les
ondes sonores poussent les champs magnétiques autour, ou
quand les processus dynamiques créent des courants électriques
qui permettent aux champs magnétiques de se déformer
ou de se reconnecter.

Avec la sensibilité plus élevée
de Hinode, l’équipe de Cirtain a observé une moyenne
de 240 jets par jour. Ils concluent que cette reconnection magnétique,
un processus où deux champs magnétiques chargés
à l’opposé se heurtent et libèrent l’énergie,
se produit fréquemment dans la basse couronne solaire. Cette
interaction forme des vagues d’Alfvén et le jaillissement
du plasma électrifié dans les jets de rayons X.

« Ces observations montrent une claire relation
entre la formation magnétique de reconnection et la formation
de vague d’Alfvén dans les jets de rayons X. » note Cirtain.
« Le grand nombre de jets, couplé avec les vitesses élevées
du plasma sortant, prête davantage de crédit à
l’idée que les jets de rayons X sont une force agissante
dans la création du vent solaire rapide. »

Une autre équipe de recherche menée par Bart De Pontieu, un physicien solaire du Solar and Astrophysics
Laboratory chez Lockheed Martin, Palo Alto, Californie, s’est concentrée
sur le chromosphere du Soleil, la région prise en sandwich
entre la surface solaire et sa couronne. En utilisant des images
à extrême haute résolution de l’instrument SOT
(Solar Optical Telescope) de Hinode, l’équipe de De Pontieu
a constaté que le chromosphère est criblée de vagues
d’Alfvén
. Quand les vagues fuient dans la couronne, elles
sont assez fortes pour actionner le vent solaire.

« Nous constatons que la plupart de ces vagues
d’Alfvén
ont des périodes de plusieurs minutes, beaucoup
plus longtemps que beaucoup de modèles théoriques
l’ont supposé dans le passé, » note De Pontieu.
Les comparaisons avec les simulations avançées sur
ordinateur de l’Université d’Oslo, Norvège, indiquent
que la reconnection n’est pas la seule source des vagues d’Alfvén.
« Les simulations impliquent que beacoup de vagues se produisent
quand le champ magnétique du Soleil est bousculé autour
par des mouvements convecteurs et des ondes sonores dans la basse
atmosphère, » ajoute De Pontieu. »

Source : PGJ et NASA.

Crédit photo : JAXA/NASA.

Tags from the story
, , , ,
More from X. Demeersman

ʻOumuamua : de la glace sous une couche de matière organique

Le cas étrange et inédit de ʻOumuamua est peut-être en passe d’être...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.