Le télescope VISTA découvre une myriade d’amas ouvert

96 amas ouverts découverts
Une partie des 96 amas ouverts que vient de découvrir le télescope VISTA
Au cours de ses sondages dans l’infrarouge de la Voie Lactée, le télescope VISTA a dévoilé l’existence de 96 nouveaux amas ouverts.

VISTA est un nouveau télescope de 4,1 m. de diamètre de l’ESO, installé auprès de ses « grands frères » du Very Large Telescope (VLT) au sommet du Mont Paranal (Chili). Construit pour réaliser des sondages du ciel profond dans l’infrarouge, il est le plus grand de sa catégorie. Au cours de la campagne Variables in the Via Lactea (VVV) commencée en 2010, les chercheurs qui ont parcouru les régions les plus sombres de la Voie Lactée, ont révélé l’existence de 96 nouveaux amas ouverts !

La récolte est fructueuse et cela peut sembler beaucoup or il ne s’agit, selon les astronomes, « que de la partie visible de l’iceberg » ! Il y en aurait, en effet, 30 000 à travers notre galaxie mais seuls une poignée d’entre eux sont connus, environ 2 500. Le problème que rencontrent les chercheurs sont les monceaux de poussières qui jalonnent la Voie Lactée ! Ils occultent nombre de ces amas et aussi d’étoiles de toute taille, de toute catégorie. La sensibilité dans l’infrarouge du télescope VISTA a pu en dévoiler quelques-uns, quasiment imperceptibles dans le rayonnement visible. Les (riches) poussières qui « habillent » une partie de la Voie Lactée absorbent la luminosité de ces minuscules familles stellaires. Plusieurs d’entre eux sont plutôt modestes, remarquent les astronomes qui ont publié dans la revue Astronomy & Astrophysics leurs recherches. Peuplés de 10 à 20 étoiles (seulement), ils pourraient, cependant, être 10 000 à 100 millions de fois plus lumineux sans les voiles de poussières opaques qui les cachent !

Les amas ouverts sont des ensembles qui regroupent de très jeunes étoiles. Le plus célèbre de tous est, sans conteste, celui des Pléiades. Les Grecs anciens le désignaient aussi par « les sept soeurs » ou les « sept filles d’Atlas » … Il est un des rares que nous puissions voir à l’oeil nu. Il forme une belle grappe d’étoiles suspendues dans le ciel, sur l’échine de la constellation du zodiaque du Taureau. Figurant une « mini casserole » il peut être confondu avec la célèbre Petite Ourse (Petite Casserole, Petit Charriot,…).

Dans le ciel d’été, deux amas ouverts sont à ne pas manquer : le double amas de Persée (h et khi Persei) et l’amas du Canard Sauvage (M11). Visibles dans une paire de jumelles, ils sont de remarquables boîtes à bijoux à découvrir. Etincelants des centaines de jeunes étoiles qu’ils renferment !
Plus particulièrement le premier, amas ouvert double pareil à deux essaims presque en contact l’un avec l’autre. Par une belle nuit noire sans Lune, on peut les surprendre à l’oeil nu. Deux légères taches (discrètes) de lait à l’extrémité la plus fine de la Voie Lactée. Il faut les chercher entre les constellations de Cassiopée et de Persée, aux alentours de 23h30, minuit, au-dessus de l’horizon nord-est.

Télécharger l’image en haute-résolution (3,2 Mb).

Crédit photo : ESO/J. Borissova.

Tags from the story
, , ,
More from X. Demeersman

La supernova la plus lointaine jamais observée

Nouveau record de distance d’une supernova découverte avec le télescope spatial Hubble...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *