Le successeur d’Hubble, le JWST, est enfin terminé

Le magnifique miroir primaire de 6,5 m de JWST se compose de 18 segments hexagonaux, chacun constitué de béryllium et recouvert d’or. Un ingénieur l’inspecte à la lumière blanche. Des tests de courbure sont prévus pour les prochaines semaines - Crédit : NASA, Chris Gunn

Le télescope spatial James Webb est enfin terminé. Le miroir primaire de 6,5 mètres de diamètre constitué de 18 segments hexagonaux est au complet. Place maintenant aux tests. Il faudra encore patienter octobre 2018 pour son lancement et six mois de plus pour les premières observations scientifiques.

Une étape majeure vient d’être franchie dans la construction du télescope spatial James Webb (James Webb Space Telescope ou JWST) qui a débuté, rappelons-le, il y a déjà plus de 20 ans : la totalité des 18 segments hexagonaux constituant le miroir primaire ont été assemblés.

« Aujourd’hui, nous célébrons le fait que notre télescope est terminé, a déclaré l’astrophysicien John Mather, l’un des maîtres d’œuvre de ce télescope, lors de l’annonce officielle du 2 novembre organisée par l’administrateur de la Nasa, Charles Bolden, et nous allons démontrer qu’il fonctionne. Nous avons accompli deux décennies d’innovation et de travail acharné, et voici le résultat : nous ouvrons un tout nouveau territoire d’astronomie ».

À présent, une série de test attend le plus grand télescope spatial jamais construit (sa surface collectrice est sept fois plus étendue que celle de son prédécesseur, Hubble). Pour ses concepteurs, qui n’ont pas le droit à l’erreur — il sera en effet impossible d’envoyer des humains le réparer étant donné sa position à environ 1,5 million de km de la Terre —, il s’agit d’une part de vérifier que l’ensemble du satellite supportera bien les secousses lors de son lancement par une fusée Ariane 5 — cela est prévu en octobre 2018 —, et d’autre part, bien sûr, que les miroirs ne présentent aucune anomalies de courbure.

« Les leçons que nous avons tiré d’Hubble [aberration sphérique de son miroir primaire découverte après sa mise en orbite, NDLR] sont que vous devez toujours mesurer au moins deux fois, a expliqué John Mather. Et si vous n’obtenez pas la même réponse, vous feriez mieux de comprendre pourquoi ! »

Constitués de béryllium et recouverts d’or chacun des 18 miroirs individuels composant le miroir primaire de 6,5 mètres de diamètre sont mobiles, permettant ainsi de légers ajustements en cas de nécessité. L’ensemble couvrant 25 m2 est si lisse que s’il mesurait la taille des États-Unis, ses aspérités ne dépasseraient pas 2,5 cm.

Dans son fonctionnement optimum, six mois après son lancement — les équipes scientifiques et techniques les ont d’ores et déjà qualifié de « six mois de terreur » ! —, l’acuité du télescope rendu très sensible dans l’infrarouge permettra de distinguer un bourdon sur la Lune (dont la chaleur qu’il émet)… Mais bien sûr, ce ne sera pas là son ambition. Au cours de ses 5 à 10 ans d’exploitation, il sera question surtout de sonder les confins de l’Univers, à plus de 13,5 milliards d’années-lumière… et aussi d’étudier l’atmosphère des autres mondes dans notre Galaxie.

 

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2016 Xavier Demeersman
Tags from the story
, , , , ,
More from X. Demeersman

Une plus grande densité d’étoiles filantes en prévision pour les Perseides, le 12 août

Un large et dense filament de poussières laissé par le passage de...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *