‘Oumuamua viendrait d’une étoile double

Le feuilleton ‘Oumuamua est encore loin d’être terminé. Le premier astéroïde venu d’ailleurs découvert lors de sa traversée du Système solaire — il repart désormais vers l’espace interstellaire — n’a pas livré tous ses secrets. Loin s’en faut. L’idéal d’ailleurs serait de pouvoir l’observer de près, comme le propose le projet Lyra (une sonde pourrait le rattraper en 2045), afin de mieux cerner sa véritable nature. Vu de la Terre en tout cas, à travers différents télescopes, il semble que ce soit un corps de forme très allongée, long de quelque 200 mètres. Un astéroïde plutôt qu’une comète, même si au départ ses découvreurs l’ont pris pour une comète.

Ce fut un peu une surprise d’ailleurs pour les chercheurs car beaucoup s’attendaient à ce que le premier objet interstellaire détecté soit une comète étant donné que ce sont ces astres glacés qui sont les plus éjectés de notre Système solaire. Mais justement, selon une nouvelle étude qui vient de paraître dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, le visiteur ‘Oumuamua (1I/2017 U1) ne viendrait pas d’une étoile comme la nôtre mais plutôt d’un système d’étoiles binaires.

Les étoiles binaires éjecteraient autant d’astéroïdes que de comètes

L’équipe emmenée par le professeur Alan Jackson, du Centre de planétologie de l’université de Toronto Scarborough (Ontario), a réalisé des simulations pour tester plusieurs scénarios. Et selon eux, ce sont les étoiles doubles qui sont le plus aptes à expulser hors de leurs systèmes des comètes et des astéroïdes. Et ce, en quantité similaire. Et leurs principaux suspects sont des systèmes dont l’un des membres est une étoile massive et chaude. Elles sont, selon leurs recherches, les plus susceptibles d’avoir un grand nombre d’astéroïdes auprès d’elles. Ils suggèrent aussi que ‘Oumuamua ait été jeté dehors lors de la formation des planètes de son système d’origine.

Dans ce cas, gageons qu’il devrait y avoir beaucoup de ‘Oumuamua qui se promènent dans la galaxie car les systèmes binaires sont en effet en majorité au sein de la population stellaire de la Voie lactée.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018 Xavier Demeersman
More from X. Demeersman

Le halo de la galaxie d’Andromède est beaucoup plus grand et massif que ce que l’on pensait

Désormais, nous n’allons plus regarder la galaxie d’Andromède (M31) comme avant. Située...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *