L’amas globulaire d’Hercule, merveille du ciel d’été

L'amas globulaire M13Les belles nuit claires de l’été recelent d’innombrables merveilles, très souvent invisibles à l’oeil nu. L’« amas globulaire d’Hercule » est une des rares exceptions. Sa magnitude de 5,8 permet, en effet, de le distinguer tel une tache blanche légère dans le ciel obscur. La présence de la Lune ou de pollution lumineuse contrarie aussitôt son observation sans instrument. C’est évidemment dans une lunette astronomique ou un télescope que l’on profitera pleinement du spectacle, l’objet céleste qui évoque jusque là un flocon se révèle être une formidable région densément peuplée d’étoiles.

M13
M13 photographié par Robert Gendler
Découvert par Edmond Halley en 1714, l‘ »amas d’Hercule » a été ajouté au célèbre catalogue de Charles Messier, 50 ans plus tard. Fréquemment désigné sous le terme M13 ou Messier 13, il est une des perles du ciel boréal que tout astronome amateur connaît. Tous décriront le foisonnement d’étoiles d’où surnagent quelques individus rouges, orangés et parfois bleu, le « piqué » d’étoiles aussi quand la turbulence atmosphérique veut bien être faible …

Visible au sein de la constellation d’Hercule, à plus de 25 000 années-lumière de nous, M13 est un amas globulaire large de 150 années-lumière, qui concentre plus de 100 000 étoiles. Si le système solaire était transporté là-bas, nos nuits resplendiraient de 100 fois plus d’étoiles ! La plupart sont très agées, entre 12 et 14 milliards d’années, et brillaient déjà quand notre galaxie commencait à rassembler son premier milliard d’étoiles … ! Les astronomes connaissent 150 amas globulaires qui se caractérisent tous par leur densité de population stellaire très élèvée, leur âge moyen supérieur à 10 milliards d’années et leur préférence pour la périphérie de la Voie Lactée.

Constellation d'Hercule

Ce qui rend également le « grand amas d’Hercule » populaire et attractif, c’est la facilité pour tout observateur (débutant ou pas) de le localiser dans le ciel. Comme on l’a vu, M13 est quasiment visible à l’oeil nu. En été, il faut le chercher autour du zénith, ce qui ne va pas sans un torticolis en cas d’observation prolongée aux jumelles. Pour le trouver, il faut d’abord repérer le trapèze qui forme le corps d’Hercule (voir figure ci-contre). L’amas se cache entre les étoiles η (êta) et ζ (zêta), à environ un tiers de la distance de la première et deux tiers de la seconde. On peut également imaginer à un grand H en reliant les principales étoiles de la constellation.

Pour la petite anecdote, en 1974, des astronomes ont choisi l’« amas d’Hercule » comme l’une des premières cible pour l’envoi, via avec le radiotélescope d’Arecibo, de messages s’adressant à d’hypothétiques civilisations extraterrestres.

 

Tags from the story
,
More from X. Demeersman

Ephéméride septembre 2010

Evénements et phénomènes astronomiques à observer au cours du mois de septembre...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *