La galaxie d’Andromède mise à nu par les télescopes XMM et Herschel

Galaxie d'Andromède en rayon x et infrarouge
Galaxie d'Andromède en rayon x et infrarouge

Les images acquises avec les télescopes spatiaux XMM-Newton et Herschel offrent un nouveau regard sur la galaxie d’Andromède.

Andromède ou M 31 (Messier 31) est une grande galaxie voisine, située à environ 2,5 millions d’années-lumière de la Terre. D’une structure en spirale comparable à la Voie Lactée, la galaxie a une population stellaire supérieure à la notre, estimée à 1 000 milliards contre 200 à 400 milliards !

De récentes observations (décembre 2010) menées d’une part avec le télescope spatial XMM-Newton (rayon x) et d’autre part avec le satellite Herschel (infrarouge lointain) montre une répartition bien distincte de la matière. Des données qui enrichissent les connaissances des astrophysiciens sur l’évolution stellaire.
Les deux télescopes dévoilent des parties d’ordinaire invisible, qu’aucun observatoire terrestre n’a encore réussi à révéler avec une aussi grande acuité. Dans l’infrarouge, les astronomes ont mis à jour cinq cercles concentriques de matières froides, possibles vestiges d’une antique collision avec une galaxie plus petite, comme cela fut supposé récemment par des chercheurs français (lire l’article « Collision violente dans le groupe local de galaxies il y a 6 milliards d’années »).

M 31 dans l'infrarouge lointain
M 31 dans l'infrarouge lointain

Herschel a, en effet, observer la galaxie dans le rayonnement infrarouge lointain (voir l’image ici), mettant ainsi à nu les régions les plus froides, riches en poussières et en gaz. Au sein de ces grandes étendues, de nombreux points et tâches trahissent l’émergence d’étoiles, composées de matière agglomérée. De futurs flambeaux s’allument à l’abri des regards, encore plongé dans l’invisible (dans les ténèbres, serait-on tenter de dire). Dans quelques dizaines ou centaines de millions d’années, ces morceaux de matière qui s’enroulent et s’effondrent – lentement mais surement – sur eux-mêmes, seront devenus des monstres de lumière ou des grappes d’étoiles (amas ouvert) comme on en connait de nombreuses dans toutes les galaxies !

M 31 photographiée dans le rayonnement x par le télescope XMM-Newton
M 31 photographiée dans le rayonnement x par le télescope XMM-Newton

L’image acquise par XMM-Newton nous montre un tout autre aspect. Réalisé dans le rayonnement x, nous découvrons, cette fois, les différents lieux où règne la plus forte activité au sein de la grande galaxie ! Chacun peut relever que c’est en grande partie au sein de ce qui se nomme le « bulbe galactique », le centre, que se tient le plus grand foyer d’énergie. Dans ces quartiers marqués par une grande densité de matière, évolue un grand nombre d’étoiles relativement âgées. Cet environnement agité, est soumis à de multiples ondes de choc et il n’est pas rare, non plus, que des étoiles massives explosent en supernovae et y déversent un flot de poussières et d’énergie ! Tout cela se déroule, bien entendu, dans un milieu en proie à la menace d’un trou noir super-massif (lire « Regain d’activité récent pour le trou noir supermassif de la galaxie M 31″) caché.

Source : ESA.

Télécharger l’image composite en rayonnement x et infrarouge lointain en haute-résolution.

Crédit photo : ESA/Herschel/PACS/SPIRE/J. Fritz, U. Gent et XMM Newton/EPIC/W. Pietsch, MPE.


Tags from the story
,
More from X. Demeersman

Une plus grande densité d’étoiles filantes en prévision pour les Perseides, le 12 août

Un large et dense filament de poussières laissé par le passage de...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.