La comète interstellaire Borisov vue par Hubble

2I/Borisov photographiée par Hubble début décembre 2019 lors de son périhélie. © NASA, ESA, D. Jewitt (Ucla)

Voici les images les plus détaillées à ce jour du deuxième objet interstellaire jamais découvert.

Le 8 décembre, 2I/Borisov, le deuxième visiteur venu d’ailleurs jamais découvert, atteignait le point de son périple le plus proche du Soleil. Une région bien « douillette » en comparaison avec le froid glacial qui règne dans l’espace interstellaire qu’elle traverse probablement depuis des dizaines de millions d’années. Le réchauffement de ses glaces a pour effet la longue queue de gaz et de poussière — à l’instar des comètes du Système solaire — bien visibles sur ces nouvelles images d’Hubble (mais au fait, Borisov a-t-elle était déjà active dans le passé ? Combien de systèmes planétaires a-t-elle visité ? Était-elle déjà passé dans le voisinage de son étoile d’origine ?).


Depuis sa découverte fin août 2019, Borisov est très suivie dans le monde entier par un bataillon de télescopes, et dans l’espace, par le vétéran Hubble (bientôt 30 ans !). Et après un premier essai, réussi, en octobre dernier alors que la comète était encore à 420 millions de kilomètres de la Terre, le télescope spatial vient d’en dévoiler deux nouvelles, plus précises encore. La première, nous la dépeint en compagnie d’une galaxie (2I/Borisov était éloignée de 326 millions de kilomètres), et la seconde, réalisée il y a quelques jours à peine, nous la montre quand elle n’était qu’à 298 millions de kilomètres de nous.

La comète interstellaire Borisov en compagnie 2MASX J10500165-0152029, une lointaine galaxie spirale. Apparaissants flous, les deux objets sont de nature très différentes. Aussi étendue que la Voie lactée, la galaxie est à plusieurs millions d’années-lumière de nous tandis que la comète, vraisemblablement pas plus grosse qu’un terrain de foot, n’est qu’à 300 millions de kilomètres de la Terre. © NASA, ESA, D. Jewitt (Ucla)
La comète interstellaire Borisov en compagnie 2MASX J10500165-0152029, une lointaine galaxie spirale. Apparaissants flous, les deux objets sont de nature très différentes. Aussi étendue que la Voie lactée, la galaxie est à plusieurs millions d’années-lumière de nous tandis que la comète, vraisemblablement pas plus grosse qu’un terrain de foot, n’est qu’à 300 millions de kilomètres de la Terre. © NASA, ESA, D. Jewitt (Ucla)

Le noyau de la comète interstellaire 2I/Borisov

Fin décembre, le corps glacé, qui traverse le Système solaire à la vitesse folle de 175.000 km/h et se situe actuellement à la lisière de la Ceinture d’astéroïdes, sera au plus proche de notre Planète : 290 millions de kilomètres, le 28 décembre. C’est une occasion magnifique pour les scientifiques d’étudier d’aussi près un astre venu d’ailleurs, formé dans un autre système planétaire.
Ces images d’Hubble sont les plus détaillées à ce jour de la comète Borisov. Les astronomes ont encore des difficultés à inférer la taille de son noyau avec précision mais tout indique qu’il est plus petit qu’ils ne le pensaient. « Le rayon est inférieur à un demi-kilomètre », a précisé David Jewitt, de l’Ucla, qui a dirigé l’équipe qui a réalisé ces images.

Tags from the story
,
More from X. Demeersman

Zoom dans la comète 17P/Holmes

[youtube width= »350″ height= »292″]http://fr.youtube.com/watch?v=b6_p-tb2s7M[/youtube] Vidéo créée à partir des images d’Alan Dyer et...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.