Jupiter vue par Juno, 5 jours après son arrivée

Arrivée le 5 juillet autour de Jupiter (le 4 juillet pour les Américains), la sonde Juno va bien et se prépare pour son exploration approfondie de la géante. Premier coup d’œil le 10 juillet, avec la JunoCam, à quelque 4 millions de km de la planète.

Cinq jours après son insertion en orbite autour de Jupiter, Juno, qui a parcouru 2,7 milliards de km en cinq ans pour rejoindre la plus grosse planète de notre Système solaire, a ouvert les yeux. Ses yeux sont la caméra JunoCam, taillée pour acquérir des images dans le visible, principalement pour les partager avec le grand public. Bien qu’elle ne soit pas considérée comme un instrument scientifique, ses observations pourront aider les chercheurs dans leurs investigations sur la structure interne, l’atmosphère et la magnétosphère de la géante, afin de les éclairer sur le métabolisme et les origines de ce premier corps à s’être formé autour du Soleil.

L’image ci-dessus est un avant-goût de ce que nous réserve la sonde américaine. Elle a été capturée le 10 juillet à 17h30 TU (19h30 à Paris), alors que Juno était à 4,3 millions de km de la planète, prés du point le plus éloigné de son orbite polaire elliptique de 53 jours et demi (14 jours ensuite). On reconnait sur la partie éclairée de ce corps 11 fois plus grand que la Terre, la fameuse Grande tache rouge. À ses côtés, en dehors, dans le même champ, trois des quatre satellites découverts par Galilée : Io, Europe et Ganymede (la plus grosse lune du Système solaire).

La JunoCam a bien survécu à sa première approche de Jupiter. L’image a été prise 5 jours après son arrivée, le 5 juillet 2016. La Grande tache rouge est bien visible sur le globe de Jupiter et trois de ses quatre satellites galiléens : Io, le plus proche, Ganymède, en bas à droite, et Europe, au-dessus à droite — Crédit : NASA, JPL-Caltech, SwRI, MSSS
La JunoCam a bien survécu à sa première approche de Jupiter. L’image a été prise 5 jours après son arrivée, le 5 juillet 2016. La Grande tache rouge est bien visible sur le globe de Jupiter et trois de ses quatre satellites galiléens : Io, le plus proche, Ganymède, en bas à droite, et Europe, au-dessus à droite — Crédit : NASA, JPL-Caltech, SwRI, MSSS

« Cette scène de JunoCam indique qu’elle a survécu à son premier passage dans l’environnement de radiation extrême de Jupiter, sans aucune dégradation et qu’elle est prête à l’affronter, a salué le directeur scientifique Scott Bolton, du SwRI. On ne peut pas attendre de voir la première vue des pôles de Jupiter ».

Les premières images en haute-résolution sont attendues pour les prochaines semaines, vers le 27 août, « quand Juno fera son prochain passage à proximité de Jupiter », assure Candy Hansen, de l’Institut des sciences planétaires à Tucson, Arizona et membre de la mission. Le spectacle promet d’être grandiose car l’engin survolera Jupiter durant les 12 à 18 mois prévus de sa mission, jusqu’à 4.100 km au-dessus de ses nuages à l’équateur et 10.000 km, ses pôles. C’est autrement plus proche que son prédécesseur Galileo qui lui œuvrait toujours à plus de 350.000 km (hormis lors de son plongeon final).

Vidéo en Une : après l’introduction où l’on voit Jupiter dans le ciel (comme c’est le cas cet été, au crépuscule, vers l’ouest) et ensuite la lunette de Galilée, les images prises par Juno entre le 12 juin, à environ 16 millions de km, et le 29 juin, à 4,8 millions de km, ont été assemblées pour créer cette approche accélérée. Magnifique ! On peut voir la danse de Io, Callisto et Ganymede autour de la géante qui a accueilli la sonde, le 5 juillet (4 juillet aux États-Unis) — Crédit : NASA, JPL-Caltech

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2016 Xavier Demeersman
Tags from the story
, , , ,
More from X. Demeersman

La nébuleuse Trifide du nord photographiée par Hubble

Portrait en haute résolution de la matrice d’étoiles NGC 1579 Voici la nébuleuse...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *