Intrusion de « Space Invaders » autour d’un lointain amas de galaxies

Hubble image of Abell 68

Petit échantillon d’Univers dévoilé par le télescope spatial Hubble. Certains effets de lentille gravitationnelle imitent remarquablement les figures de Space Invaders !

Image très impressionnante capturée dans le rayonnement infrarouge par le télescope spatial Hubble d’un grand troupeau de galaxies, l’amas Abell 68. Distant d’environ 2,1 milliards d’années-lumière au sein de la petite constellation du Petit Renard (Vulpecula), ce “village » réunit plusieurs centaines de galaxies, de masses et tailles variables. La plus lumineuse de toutes est la plus entourée. Elle régne démesurément sur une communauté en mouvement. Une galaxie elliptique dont la masse dépasse plusieurs dizaines de fois celle de la Voie Lactée (laquelle a une masse estimée à 100 milliards de soleils !). Plus bas à droite sur la même image, on découvre une autre grappe galactique, plus resserrée.

Gravitational Lens Creates Cartoon of Space Invader
Même si tout ce beau monde parait agité en tout sens et égaré, ils sont en réalité tous liés gravitationnellement. Parmi cette foule de galaxies protéiformes, peut-être avez-vous remarqué la présence de quelques intrus dont les traits ne sont pas sans rappeler les figures d’un célèbre ― et immortel ― jeu vidéo Aracade né dans les années 1970 : Space Invaders ™. Avis aux “geeks” … Il faut souligner que cela n’a rien d’artefacts. Ce mirage est produit par la grappe (très) massive de galaxies que nous admirons au premier-plan, alignée avec de lointaines galaxies situées à l’arrière-plan. Un effet nommé “lentille gravitationnelle” prédit par Albert Einstein et familier depuis quelques années des cosmologistes. Déformée ou plutôt déviée par l’énorme amas qui fait ployer l’espace-temps, la lumière collectée par la caméra WFC3 (Wide Field Camera 3) d’Hubble nous fait découvrir ces galaxies sous des habits étranges, plutôt dénaturées, défigurées. Chacune des traces allongées, étirées, parfois fines ou épaissies, tantôt bleues, tantôt orangées sont créées par ce phénomène.

Dans ce paysage cosmique où les galaxies se bousculent, l’une d’elle se distingue par les larmes pourpres qu’elle semble verser. On doit cette étonnante illusion à la collision et l’échauffement de gaz interstellaires arrachés à leur galaxie-hôte avec de grands courants intergalactiques.

La NASA promet de plus beaux et détaillés portraits de galaxies et amas de galaxies avec le successeur d’Hubble, le James Webb Spce Telescope (JWST) dont le lancement est désormais prévu en 2018. Les chercheurs ont hâte de mettre à profit ses performances.

Afficher et/ou télécharger l’image en très haute résolution (1 535 x 1 360 pixels – 2,7 Mb).

Crédit photo : NASA, ESA, and the Hubble Heritage/ESAHubble Collaboration.

Tags from the story
, , , , ,
More from X. Demeersman

Kaguya s’écrase à la surface de la Lune

Ce 10 juin au soir, la sonde Kaguya terminait sa mission de...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *