Grande moisson d’exoplanètes

HD 85512b

Le spectrographe HARPS de l’ESO ajoute 50 nouvelles exoplanètes à son palmarès. Seize d’entre elles sont des super-Terres !

A l’occasion d’une rencontre internationale sur les « systèmes solaires extrêmes » qui réunit cette semaine 350 chercheurs dans le Wyoming, l’ESO a annocée la découverte de 50 exoplanètes plus ou moins proches de nous. Seize d’entre elles sont des super-terres !

Derrière cette prodigieuse moissons d’exoplanètes, on retrouve le désormais célèbre Michel Mayor, co-découvreur avec Didier Queloz de la toute première planète extrasolaire de l’histoire (1995) autour de l’étoile 51 Pegasi. L’astrophysicien de l’Observatoire de Genève parle d’une « moisson de découvertes avec HARPS [qui] va au-delà de toute attente et comprend une population exceptionnellement riche de planètes de type super-terre et de type Neptune (…). Les nouveaux résultats montrent que le rythme des découvertes s’accélère ».

Il est vrai que le spectrographe HARPS (High Accuracy Radial velocity Planet Searcher), installé sur le télescope de 3,6 m. de l’Observatoire de La Silla (Chili), peut se targuer d’avoir découvert 150 exoplanètes en huit ans. La plupart (environ les deux tiers) montrent une masse inférieure à celle de notre Neptune ! Les statistiques établies sur 376 étoiles (de type solaires) observées indiquent que 40 % d’entre elles possèdent au minimum une planète de masse inférieure à celle de Saturne. Dans nombre de ces cas, l’exoplanète n’est pas seule et figure dans un système multiple.

L’exoplanète qui a retenue le plus leur attention est HD 85512 b. Une super-Terre qui arbore une masse, 3,6 fois supérieure à celle de notre planète bleue et qui gravite autour de son étoile, à la lisière de la zone d’habitabilité (ou « boucle d’or »). En d’autres termes, elle est une très bonne candidate pour la recherche d’éventuelles « signatures » dans son atmosphère, de formes de vie …

Les chercheurs sont sans doute impatients d’étudier HD 85512 b et de nombreuses autres candidates de planètes telluriques qui s’ajoutent au fil des années avec les futures générations de télescopes et de spectrographes. Ainsi, une copie de l’actuel HARPS devrait voir le jour, ou plutôt recevoir sa « première lumière », sur le télescope Galileo installé aux îles Canaries. Autre projet de grande envergure : ESPRESSO (Echelle SPectrograph for Rocky Exoplanet and Stable Spectroscopic Observations). Bénéficiant du Very Large Telescope (VLT), le spectrographe devrait permettre, dés 2016, la découverte de petites planètes rocheuses de masse proche de celle de la Terre !
Il ne nous restera plus, après avoir repéré quelques planètes jumelles, qu’à faire nos valises et nous acheminer vers ces nouveaux « eldorados » plus ou moins proches …

Source : ESO.

Crédit photo : ESO/M. Kornmesser.

More from X. Demeersman

Timelapse video : vision nocturne de la Terre

Nouvelle vidéo en accéléré (timelapse video) créée à partir d’une sélection d’images...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *