Fusion d’amas ouvert au centre de la nébuleuse de la Tarentule

Merging Clusters in 30 Doradus

Il n’y aurait pas un mais deux amas ouvert au centre de la nébuleuse de la Tarentule.

A l’intérieur de la galaxie naine du Grand Nuage de Magellan, à environ 170 000 années-lumière de notre système solaire, de jeunes et vigoureuses étoiles illuminent la vaste nébuleuse de la Tarentule. Cette dernière, également nommée 30 Doradus, enfante des centaines d’étoiles de masses variables depuis environ 25 millions d’années. Beaucoup d’entre elles sont réunies au coeur de cette immense toile tissée de gaz et de poussières et forment, en apparence, un amas ouvert (beaucoup d’étoiles massives en son sein).
En apparence … car d’après une étude menée par une équipe d’astrophysiciens, R 136 (c’est son nom) se composerait en réalité de deux amas plus modeste en cours de fusion …

Les chercheurs ont d’abord remarqué une différence d’un million d’années entre les deux essaims. Avec le télescope spatial Hubble, l’observation de plusieurs étoiles dite “en fuite” suggère qu’elles ont été éjecter du berceau par interaction gravitationnelle avec la population d’un autre amas. En outre, la forme même de l’un d’entre eux intrigue beaucoup : plutôt que d’être sphérique, il semble, en effet, allongé car soumis à d’importantes forces de marée.

Cette étude permet d’avancer de nouveaux scénarios dans la compréhension des amas ouverts. Ces essaims regroupant des étoiles nouveaux-nés pourraient se constituer par fusion de petites assemblées stellaires. La nébuleuse où se forment les étoiles par effondrement, s’émiette en petits morceaux. De petits troupeaux qui vont ensuite s’unir.
Ce n’est pas sans rappeler les ballets de galaxies, petites et grandes qui valsent ensemble, s’entremêlent puis s’effondre l’une sur l’autre, dans l’ivresse du mouvement.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=Rj2VisONJMk&hd=1[/youtube]

Afficher et/ou télécharger l’image en haute résolution (2,4 Mb).

Crédit photo : NASA/ESA/Hubble et E. Sabbi (ESA/STScI)

Tags from the story
More from X. Demeersman

L’année la plus chaude

D’après les études du Goddard Institute of Space Studies, l’année 2005 fut...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *