Fonte rapide des glaces de l’Océan Arctique

Fonte rapide des glaces pluri-annuelles dans locéan Arctique
Fonte rapide des glaces pluri-annuelles dans l'océan Arctique

Une importante étude sur l’épaisseur de la banquise arctique menée par la NASA avec le satellite ICESat (Ice, Cloud and land Elevation Satellite) a été récemment publiée dans le Journal of Geophysical Research-Oceans. Il est question d’une forte et rapide diminution de la banquise, été comme hiver.

Le constat est impressionnant : en l’espace de 4 ans (de 2004 à 2008), l’épaisseur de la glace pluri-annuelle (qui résiste à plusieurs étés) est tombée de 62 % à 32 % de la surface totale ! Pour la première fois, elles sont moins importantes que les glaces annuelles qui disparaissent durant l’été. Cela représente 1,54 million de km 2 de glaces, soit 3 fois la superficie de la France, qui auraient fondu en seulement 4 ans ! l’épaisseur a perdue 65 cm soit 18 cm par an !

C’est en été, précisément, que la banquise atteint son minimum, surtout à la fin de celui-ci, au mois de septembre.
Par ailleurs, ces dernières années, de nouvelles routes de navigation se sont ouvertes du fait de l’amoindrissement de la banquise ! Une première également. Certains scientifiques pensent que les glaces d’été pourraient avoir totalement disparues d’ici 2025. Lire également l’article « Fonte historique des glaces au pôle Nord ».

Les causes de cette fonte rapide de la couverture de glace sur l’océan Arctique sont imputables au changement climatique. Dans cette région du monde, tout semble aller plus vite. C’est aussi un avant-poste du réchauffement global. La diminution de la banquise signifie une surface réfléchissante du rayonnement solaire qui se désagrège. C’est aussi une fonte qui peut s’accélérer par l’écoulement de l’eau liquide suceptible de réchauffer et modifier les courants marins, régulateurs importants du climat.

Voir aussi la vidéo montrant l’évolution de l’épaisseur de la glace sur l’océan Arctique entre 2003 et 2008 à partir des données obtenues par le satellite ICESAt.

Crédit graphique : Ron Kwok, NASA/JPL.

More from X. Demeersman

Taux de méthane dans l’atmosphère en forte hausse

On n’en parle jamais assez, le méthane est un gaz à effet...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *