Extinction des dinosaures : une comète plutôt qu’un astéroïde ?

mass_extinctions

Le taux d’iridium dans les couches sédimentaires remontant à 65 millions d’années suggère à une équipe de chercheurs que l’impact d’une comète et non d’un astéroïde de 10 km a été à l’origine de la dernière extinction de masse.

Lors de la quarante-quatrième conférence des sciences lunaires et planétaires (Lunar and Planetary Science Conference, LPSC) qui s’est déroulée du 18 au 22 mars 2013 à The Woodlands au Texas, des scientifiques ont avancé que l’impacteur qui a causé la disparition de l’immense majorité des dinosaures il y a 65 millions d’années ne serait pas un astéroïde mais plutôt une comète.

En étudiant la couche de sédiments datée de la période Crétacé-Tertiaire qui a recouvert la quasi-totalité du globe, le prix Nobel Luis Alvarez et son équipe relevèrent, en 1978, un taux anormalement élevé d’iridium, un élément plutôt rare sur notre planète. Sa présence ne peut être reliée qu’à un corps rocheux extra-terrestre. Aussi cette découverte fit-elle éclore la célèbre théorie, longtemps controversée, qu’un/une météorite était le principal responsable de la dernière excitation de masse (il y a 64,98 millions d’années !).  Ne restait plus qu’à trouver le cratère à l’origine de cette catastrophe globale. Un cratère immense de 150 à 300 km de diamètre. Ce n’est qu’à l’aube des années 2000 que le bassin de 180 km de diamètre, en grande partie sous les eaux du Golfe du Mexique au large du Yucatan et sur le territoire du village de Chicxulub dont il porte désormais le nom, fut découvert au hasard de prospections d’une compagnie pétrolière.

Chicxulub-Crater

Aujourd’hui, l’hypothèse d’un impact cataclysmique à l’échelle planétaire fait quasiment l’unanimité. Au fil des enquêtes, les scientifiques évaluent la taille du coupable à plus ou moins 10 km de diamètre. Un astéroïde venu s’écraser avec fracas dans l’océan. Le choc fut si violent qu’il fit trembler toute la Terre (séisme de magnitude 10), dressa des murs d’eau (tsunami) de plus de 3 km de hauteur et éjecta dans l’atmosphère plusieurs dizaines de milliards de tonnes de poussières qui restèrent en suspension des années durant … (après l’enfer des premiers jours vint un terrible et long “hiver dit nucléaire”). Environ 70 % des espèces végétales et animales (dont 90 % des dinosaures) furent anéanties ! Seules les plus chanceux (et adaptés) qui avaient trouvé refuge au fond des grottes les plus profondes ou sous la terre, survécurent en se nourrissant des restes ensevelis sous la cendre …

En reconsidérant les dépôts d’iridium dans les couches sédimentaires, l’équipe de chercheurs emmenée par le professeur Jason Moore (Dartmouth College, New Hampshire) a fait le constat que le taux est moindre qu’estimé auparavant. Selon eux, c’est un corps de plus petite dimension mais d’une vélocité supérieure qui s’est écrasé dans le Yucatan. Une comète apparait le candidat le plus prometteur. Probablement échappée du grand Nuage de Oort, réservoir incalculable de comètes (…) situé aux confins du système solaire, la période orbitale de ce conglomérat de poussières et de glace était très longue.

Vous avez besoin d’un astéroïde d’environ 5 km de diamètre pour contribuer à autant d’iridium et osmium. Mais un astéroïde de cette taille n’aurait pas créer un cratère de 200 km de diamètre.” estime le professeur Moore, “donc nous disons : quelle chose possède autant d’énergie pour générer cette taille de cratère mais pourvu de moins de matière rocheuse ? Cela nous amène à une comète !
Et des décennies d’observation montrent que “des astéroïdes et des comètes, les comètes sont celles qui se déplacent le plus rapidement” dans le système solaire.

Toutefois, pour le professeur Gareth Collins (Imperial College London), bien que cette théorie soit très séduisante, il lui parait très difficile de “déterminer la taille de l’impacteur à partir de la [seule] géo-chimie”.

Affaire à suivre … Rappelons que les deux météoroïdes qui ont beaucoup fait parler d’eux le 15 février dernier mesuraient pour celui qui nous à frôlé à une distance de 27 700 km, environ 45 mètre de diamètre et celui qui a explosé au-dessus de la région de Cheliabinsk, entre 15 et 17 mètres seulement !

Crédit photo : BBC.

Tags from the story
, , ,
More from X. Demeersman

Des milliers de glaciers se cachent sous la surface de Mars

Une équipe qui a examiné dix années de données collectées par le...
Read More

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *