Eau très abondante autour d’un système solaire en formation

Disque de glace d'eau autour de la jeune étoile TW Hydrae
Illustration du disque de glace d'eau qui entoure la jeune étoile TW Hydrae

Pour la première fois, une équipe de chercheurs a pu observée un disque de glace et de vapeur d’eau autour d’une très jeune étoile.

Il y a 16 ans déjà, la première exoplanète était annoncée. Aussi grosse que Jupiter, son mouvement autour de l’étoile 51 Pegasi a trahit sa présence. Des dizaines de système extra-solaires ont suivi. Les astronomes ont déjà révélé 687 exoplanètes (cela augmente chaque semaine …) et ce ne sont encore que les débuts. Les moyens technologiques permettent désormais de multiplier les découvertes et aussi d’étudier les systèmes les plus jeunes, d’observer les processus de constructions planétaires, etc. Ces recherches permettent d’éclairer les scientifiques sur la genèse de notre système solaire et, bien sûr, notre planète Terre, déjà âgée de 4,5 milliards d’années.

Grâce à des observations dans l’infrarouge lointain avec la caméra HIFI du télescope spatial européen Herschel, une équipe a pu mettre en évidence un disque de glace d’eau autour d’une très jeune étoile. Nommée TW Hydrae, ella appartient à la famille des naines orangées (moins grosse et brillante que le Soleil). Elle brille dans la constellation de l’Hydre à 175 années-lumière de nous. Son âge est estimé entre 5 et 10 millions d’années seulement. Autrement dit, elle est à peine sortie du berceau et les chercheurs peuvent observer le disque d’accrétion qui l’entoure, aplati par la rotation rapide de l’étoile. Il s’étale sur plus de 200 unités astronomiques (200 x la distance Terre-Soleil). Transposé dans notre système solaire, il dépasserait la ceinture de Kuiper, grande réserve de comètes chargées de glace. Dans ce chaos de poussières, la présence abondante de vapeur d’eau a été confirmée, corroborant le scénario de création d’océans par les comètes, en l’occurrence futures comètes … De quoi « remplir des milliers d’océans terrestres » raconte Michiel Hogerheijde de l’Observatoire de Leiden et co-auteur de l’article publié dans la revue Science. Certes, il faudra encore patienter quelques millions d’années pour voir évoluer ces nuées de poussières et de glaces en grains puis en blocs de plus en plus gros, en comète et aussi en planétésimaux.

Ces recherches montrent l’abondance de l’eau dans les jeunes systèmes stellaires et le rôle important qu’elle est amenée à jouer dans la construction des futures planètes.

Source : Herschel.

Crédit photo : ESA/NASA/JPL-Caltech.

 

More from X. Demeersman

Signes tangibles d’une activité hydrothermale à l’intérieur d’Encelade, lune de Saturne

Autour de Saturne, la petite lune Encelade posséderait une activité hydrothermale au...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *