Des milliers de comètes endormies dans la ceinture d’astéroïdes

asteroid belt with comets
Illustration de l’actuel représentation de la ceinture d’astéroïdes (en haut) puis du modèle proposé par le Pr Ferrin où apparaissent une petite population de comètes actives – et beaucoup de comètes dormantes- (au milieu) et projection de ce que put être la ceinture d’astéroïdes peuplée de nombreuses comètes actives (en bas).

La ceinture d’astéroïdes serait un “cimetière de comètes”.

Surpris par la découverte, en une décennie, d’une douzaine de comètes actives au sein de la ceinture d’astéroïdes, des scientifiques ont souhaité mener l’enquête sur leurs énigmatiques origines. D’après leurs conclusions publiées dans la revue Monthly Notices de la Royal Astronomical Society (RAS), il apparait qu’il s’agit, ni plus ni moins, de petites comètes revenues à la vie au sein de cette région … Des « comètes dormantes » tout à coup ressuscitées ! Une étonnante caractéristique qui leur vaut d’ailleurs d’être affubler du surnom de comètes “Lazare” par le professeur Ignacio Ferrin qui a mené l’équipe de chercheurs.

D’après cette étude, elles proviendraient toutes de cette région pourtant considérée depuis longtemps comme exclusivement peuplée de pauvres petits rochers en complète déshérence. Il y aurait environ un million d’objets mesurant entre un mètre et 800 kilomètres, flottant entre la petite Mars et Jupiter, la plus grosse et massive planète du système solaire. Selon certains, notre ceinture principale d’astéroïdes rassemble les fragments d’une planète qui n’a jamais réussi à se former. La faute, vraisemblablement, aux perturbations gravitationnelles provoquées par l’énorme planète gazeuse, relativement proche. La même, d’ailleurs, qui condamnerait des milliers de comètes (faites de roches et de glace), encore actives il y a plusieurs millions d’années à un long sommeil et l’exil forcé dans cette région qui sépare les planètes dites telluriques des planètes gazeuses. Des “comètes dormantes” qui, subitement, peuvent se réveiller. Pour cela, il leur suffit d’un petit coup de pouce gravitationnel sur leurs orbites, lequel apportera quelques pour-cent d’énergie solaire supplémentaire pour leurs “affaires” reprennent … Endormies, refroidies depuis quelques millions, elles se confondent avec l’immense flotte d’astéroïdes.

Crédit image : Ignacio Ferrin/University of Anitoquia.

Tags from the story
,
More from X. Demeersman

Vidéo : la Terre vue de là-haut, à bord d’ISS

Affichage plein écran recommandé et en HD. Voici le monde que nous...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *