Des milliers d’amas globulaires découverts par Hubble

La plus importante et lointaine population d’amas globulaires jamais observée, localisée au sein de l’amas de galaxies Abell 1689.

Afin de mieux comprendre le rôle joué par l’énigmatique matière noire dans la formation et l’évolution des galaxies, une équipe de chercheurs emmenée par John Blakeslee traque les “fossiles stellaires” que sont les amas globulaires au sein d’immenses groupes (ou amas) galactiques tels que Abell 1689. Compacts et riches de plusieurs dizaines à centaines de milliers d’étoiles, les amas globulaires “ont vu le jour”, pour la plupart (environ 95 %), au cours des deux premiers milliards d’années de l’Univers (celui-ci a un âge estimé à 13,82 milliards d’années). Les épier peut donc renseigner sur les premières populations stellaires et tracer l’influence de la possible matière noire.

“Dans notre étude d’Abell 1689, nous montrons comment la relation entre les amas globulaires et la matière noire dépend de la distance du centre de l’amas de galaxies. En d’autres mots, si vous savez d’amas globulaires sont à une certaine distance, nous pouvons vous donner une estimation de la quantité de matière noire” explique Karla Alamo-Martinez, chercheur à la National Autonomous University of Mexico qui a participé à cette étude.

Grâce à la sensibilité de la caméra ACS installée au foyer du télescope spatial Hubble, l’équipe d’astrophysiciens a pu épier dans les longueurs d’onde visible et infrarouge leur abondance et leur distribution au coeur de la structure impressionnante d’Abell 1689. Pas moins de 10 000 amas globulaires furent ainsi identifiés jusqu’à la magnitude limite 29. Ce qui ne représenterait en réalité qu’une fraction car les chercheurs pensent qu’il en existe plus de 160 000 dans cette région très dense qui s’étend sur environ 2,4 millions d’années-lumières !
En comparaison, seuls 150 amas globulaires gravitent autour de notre modeste galaxie spirale la Voie Lactée … ! Cette population constitue à ce jour, le plus grand échantillon d’amas globulaires jamais observé de mémoire d’Hommes et pulvérise, au passage, le record de distance pour cette catégorie : 2,25 milliards d’années-lumière … de notre système solaire, de notre galaxie !

New Hubble view of galaxy cluster Abell 1689
Ce n’est pas la première fois qu’Abell 1689 est pris pour cible par le télescope spatial (voir ici). Sa masse éloquente produit un splendide effet de lentille gravitationnelle laissant entrevoir, sous forme d’arc lumineux finement dessiné, de lointaines galaxies situées à l’arrière-plan, aux confins de l’Univers. Celles-ci nous apparaissent déformées car l’amas de galaxies situé au premier-plan dévie leurs rayons lumineux. Les traits bleus soulignent la présence de jeunes et très chaudes étoiles blotties en leur sein. Il fallut pas moins de 34 heures d’expositions pour réaliser cette prodigieuse image composite.

☛ Pour apprécier ce paysage cosmique dans toute sa splendeur il est vivement recommandé de l’afficher ou le télécharger en très haute résolution ici (2,8 Mb).

Crédit photo : NASA/ESA/J. Blakeslee/K. Alamo-Martinez.

More from X. Demeersman

Nous habitons le supercontinent de galaxies Laniakea

Une équipe internationale d’astrophysiciens a mis en relief les courants de circulation...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *